mis à jour le

RDC: l'ONU exhorte

Les Nations unies ont exhorté mercredi la République démocratique du Congo à se doter d'un "plan" permettant la démobilisation, le désarmement et la réinsertion sociale (DDR) de tous les combattants des nombreux groupes armés présents dans le pays.

"Je voudrais mettre l'accent sur la nécessité pour les autorités de la RDC d'avoir un plan de DDR [...] profitable à l'ensemble des éléments des groupes armés, sans quoi la paix et la sécurité ne peuvent pas être garantis à long terme dans les Kivus", a déclaré à la presse Abdallah Wafi, représentant adjoint du secrétaire général de l'ONU pour l'Est de la RDC.

Après la défaite finale des rebelles du Mouvement du 23 Mars (M23) dans le Nord-Kivu, il reste de nombreux groupes armés dans l'Est de la RDC, en particulier dans cette province et dans celle, voisine, du Sud-Kivu.

Kinshasa les a sommés de déposer les armes où d'être contraints à le faire par l'armée, précisant qu'après le M23, celle-ci s'attaquerait en priorité aux rebelles rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), présents dans le pays depuis 1994.

Parlant comme M. Wafi par visioconférence de Goma, capitale du Nord-Kivu, le chef de la Mission de l'ONU pour la stabilisation de la RDC (Monusco), Martin Kobler, a indiqué qu'il souhaitait voir les groupes armés déposer les armes d'eux-mêmes faute de quoi les Casques bleus les y contraindraient.

"Nous sommes décidés à les combattre. Nous préférons une voie paisible [de désarmement], mais c'est la fin de la cohabitation de la Monusco avec les groupes armés", a-t-il dit.

Interrogé sur le nombre de combattants du M23 qui se seraient réfugiés en Ouganda (1.400 selon Kampala), M. Kobler s'est montré prudent.

"Les chiffres ne sont pas tout a fait clair, on va préparer les camps de DDR maintenant pour [...] 1400 mais il faut avoir un processus de triage et on va accepter seulement ceux qui sont des ex-combattants et pas les autres", a-t-il dit, jugeant qu'il y avait peut-être des "réfugiés" ou des membres d'''autres groupes parmi ces 1.400."

Le M23 et Kinshasa ne sont pas parvenus à s'entendre sur un accord politique pour mettre fin à leur conflit qui dure depuis 18 mois. Une des questions en suspens a trait à l'avenir des combattants rebelles, maintenant que le M23 a mis fin à sa lutte armée.

En visite à Bogota, le Directeur du Programme de désarmement et de démobilisation congolais, Roger Musombo, avait indiqué vendredi à l'AFP que son pays comptait s'inspirer du processus de réintégration des guérilleros colombiens.

AFP

Ses derniers articles: Centrafrique: nouvelles violences  RDCongo: l'opposition dévoile son plan pour "le départ de Kabila"  Cédéao: objectif de trois enfants maximum par femme d'ici 2030 

l'ONU

AFP

Soudan: moins de Casques bleus au Darfour car moins de combats, selon l'ONU

Soudan: moins de Casques bleus au Darfour car moins de combats, selon l'ONU

AFP

Meurtre d'experts de l'ONU en RDC: un accusé reconnu par un témoin lors du procès

Meurtre d'experts de l'ONU en RDC: un accusé reconnu par un témoin lors du procès

AFP

RDC: l'ONU annonce la fermeture de cinq bases dans le Nord-Kivu

RDC: l'ONU annonce la fermeture de cinq bases dans le Nord-Kivu

rebelles

AFP

Soudan du Sud: les forces gouvernementales approchent du QG des rebelles

Soudan du Sud: les forces gouvernementales approchent du QG des rebelles

AFP

Côte d'Ivoire: deux leaders des anciens rebelles emprisonnés

Côte d'Ivoire: deux leaders des anciens rebelles emprisonnés

AFP

Côte d'Ivoire: deux leaders des anciens rebelles "mis aux arrêts"

Côte d'Ivoire: deux leaders des anciens rebelles "mis aux arrêts"