mis à jour le

Manifestation contre le mal-logement à Cape Town,  REUTERS/Mike Hutchings
Manifestation contre le mal-logement à Cape Town, REUTERS/Mike Hutchings

Madagascar: une rumeur à l'origine du triple lynchage

Le journal le Monde revient sur le triple lynchage de Nosy Be, en octobre dernier. Un acte d'une barbarie extrême parti d’une simple rumeur et sans intervention de la police locale.

Comme dans une série policière, tout commence à la découverte d'un corps mutilé. Celui du jeune Chaïno, 8 ans, rejeté par la mer sur la plage d'Ambatoloaka, dans la nuit du 2 octobre. Ses parents avaient signalé sa disparition, cinq jours auparavant.  Face à l’état du corps et au désintérêt de la police pendant les jours qui ont suivi sa disparition, les villageois décident de se faire justice eux-mêmes, écrit Le Monde.

Sans nouvelles des autorités, les soupçons du père de la victime, Luciano, se tournent vers son cousin Zaidou. Un  «beach boy» qui a mauvaise réputation. Déjà en conflit avec sa famille pour «une histoire de terres»,  il aurait montré peu d'entrain à retrouver l'enfant. Sûre de sa culpabilité, un petit groupe mené par Luciano s'empresse de le capturer,  afin de le livrer aux autorités de Hell-Ville.

Une chasse aux sorcières

La police qui est alors en pleine préparation d’un meeting pour les prochaines élections présidentielles, va refuser de s’en mêler. L’homme sera ensuite conduit dans un endroit secret, où il attendra avant d’être exécuté. La foule imagine alors un réseau de trafic d’organes, orchestré par des étrangers.

C’est pourquoi la colère des villageois se reportera sur le «vazaha» (le blanc), Sébastien Judalet. Un homme que Zaidou avait rencontré sur la plage. Capturé dans sa pension, ce chauffeur de bus de 38 ans va avoir droit à un procès arbitraire.  «Un dialogue de sourd», sans aveux,  qui le conduira quand même a être brulé vif sur la plage, à quelques mètres du corps de Chaïno.

Roberto Gianfalla subira le même sort. Cité lors de l’interrogatoire de Sébastien, le cuisinier franco-italien de 50 ans apparaitra dans une vidéo, le visage ensanglanté. Aucune indulgence pour Zaidou, l’oncle de Chaïno sera remis en main propre à son cousin. Il mourra dans les mêmes circonstances vers 17 heures en plein milieu du village, à seulement quelques mètres de la mosquée, rapporte le quotidien Le Monde.

Une population livrée à elle-même

Si les villageois sont responsables de ce massacre, la police l'est aussi. Plusieurs fois consultées par la foule en colère, les autorités n’ont jamais réagi. Joël Ho-Shing, directeur de la pension où logeait Sébastien Judalet, les «appellera sept fois», en vain. Une attitude irresponsable sachant que les malgaches ont été bercés avec des contes de trafic d’organes.

«Tellement ancrées dans l’imaginaire collectif qu’elles se transforment en rumeurs»  et lorsque c’est le cas, cela vire à la folie collective. Car dans ces histoires que l’on raconte aux enfants, les responsables sont toujours de riches malgaches où des étrangers comme Sébastien Judalet et Roberto Gianfalla.

Lu sur Le Monde

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Le racisme anti-noir réapparaît avec violence à la CAN 2017  Le nouveau roi du Rwanda vit dans une petite maison en banlieue de Manchester  Une sécheresse menace des milliers d'éléphants au Zimbabwe, mais l'Etat l'ignore 

lynchage

AFP

Lynchage de Madagascar: travaux forcés

Lynchage de Madagascar: travaux forcés

AFP

Madagascar: reprise du procès du lynchage d'un Français et d'un Italien en 2013

Madagascar: reprise du procès du lynchage d'un Français et d'un Italien en 2013

AFP

Madagascar: procès des accusés du lynchage de deux Européens et d'un Malgache

Madagascar: procès des accusés du lynchage de deux Européens et d'un Malgache

Nosy Be

prostitution

L'expansion du tourisme sexuel en Afrique

L'expansion du tourisme sexuel en Afrique

touristes

AFP

Gambie: les touristes affluent mais les commerçants plient bagages

Gambie: les touristes affluent mais les commerçants plient bagages

AFP

Eléphants, lions, sources chaudes... Le Nigeria veut attirer les touristes

Eléphants, lions, sources chaudes... Le Nigeria veut attirer les touristes

AFP

Egypte: les touristes ont déserté les pyramides

Egypte: les touristes ont déserté les pyramides