mis à jour le

Manifestation pro-gouvernement à Conakry, REUTERS/Tommy Trenchard
Manifestation pro-gouvernement à Conakry, REUTERS/Tommy Trenchard

Racisme entre Africains, une histoire de proverbes et d'expressions

C'est souvent au détour d'une blague anodine ou d'une expression que se véhiculent le racisme et les stéréotypes entre les peuples africains.

«Un travail d’arabe», pour qualifier une activité de mauvaise qualité. «Des cheveux de noirs» pour parler de cheveux abîmés voire moches, voilà des tournures que l’on utilise tous les jours, de manière inconsciente. Entrées dans le langage courant, les expressions comme «sentir le dingari» ou juste «dingari» — qui renvoient à la forte odeur des vêtements portés par des Maliens ou Sénégalais — contribuent à la dévalorisation d'une culture ou d'une race. Souvent les personnes qui font appel à ces stéréotypes n'ont pas l'intention de blesser ou d'offenser la personne qu'elles ont en face d'eux. Naïvement, elles utilisent une expression sans connaître sa véritable origine. 

Leurs origines très anciennes

Utilisés depuis des générations, ces proverbes découlent pour la plupart de stéréotypes raciaux instaurés pendant l’époque coloniale. Selon une étude menée par EthnoArt, une association créée en 2002 à l’initiative d’ethnologues et d’artistes en Ile-de-France, l'administration coloniale française classait les populations dont il avait la charge en trois catégories: le Jaune, le Brun et le Noir. À l’époque cette classification était considérée comme scientifique, avec pour chacune, une caractéristique particulière.

EthnoArt illustre son propos:

«Physiquement limité, l’Asiatique est un fervent travailleur, mais le mystère qui l’entoure suscite la méfiance. L’Arabe dit le Brun est souvent musulman et dangereux, c’est un fanatique et un fourbe. Mais avec de l’encadrement, il peut se révéler un valeureux combattant bien qu’il soit fainéant. Fort et docile, l’Africain est quant à lui un bon enfant. Un comportement qui fait de lui dans la hiérarchie des races le moins évolué de tous. Il occupait la position la plus proche de l’état d’animalité. Pour preuve, il a le rythme dans la peau.»

Rivalité

A cela s'ajoute les rivalités entre pays voisins comme le révèle ce proverbe de la République du Congo:

«Si tu croises un serpent et un zaïrois dans la forêt, prend le serpent et laisse le zaïrois».

En mai dernier, l'existence de groupes Facebook incitant au lynchage de «beurettes» par la communauté arabe cristalisait les passions. Récemment ce sont les qualifications de la coupe du Monde de Football 2014 qui ont retenu l'attention des amateurs d'expressions et proverbes en tout genre (enfin, souvent racistes).

Alors que l’Algérie et le Burkina Faso s’affrontaient, des supporters algériens se sont emportés sur la Toile. Ainsi pouvait-on lire des commentaires comme «les tribunes burkinabè, on dirait les cales d'un bateau d'esclaves». Sous le couvert de l’anonymat, en invoquant l’humour et la liberté d’expression, Internet s’est révélé une parfaite couverture pour diffuser ces idées reçues.

Greta Mulumbu

Greta Mulumbu

Journaliste

Ses derniers articles: Les accros du pouvoir  Ce qu'il ne faudra pas recommencer en 2014  Elles vont compter en 2014 

proverbes

Humour

À chaque président africain son proverbe

À chaque président africain son proverbe

Poésie

Souleymane Diamanka, slameur, peul et bordelais

Souleymane Diamanka, slameur, peul et bordelais

Coupé décalé

Côte d’Ivoire, le moustique et le testicule

Côte d’Ivoire, le moustique et le testicule

expressions

Vu d'Oran

Verbes et expressions du printemps arabe

Verbes et expressions du printemps arabe

Vu d'Oran

Ces mots qui tuent le français

Ces mots qui tuent le français

racisme

Noir et blanc

Comment notre cerveau fabrique des préjugés

Comment notre cerveau fabrique des préjugés

Discrimination

Personne n'a à dire aux noirs comment coiffer leurs cheveux

Personne n'a à dire aux noirs comment coiffer leurs cheveux

Discrimination

Des élèves noires de Pretoria manifestent pour défendre leurs cheveux crépus

Des élèves noires de Pretoria manifestent pour défendre leurs cheveux crépus