mis à jour le

Masques de l'exposition Secrets D'Ivoire au Musée Quai Branly, Gautier Deblonde
Masques de l'exposition Secrets D'Ivoire au Musée Quai Branly, Gautier Deblonde

Exposition: Secrets d'ivoire: l’art des Lega du Congo au Quai Branly

L’exposition Secrets d’ivoire rassemble des œuvres d'art de la population Lega de la République démocratique du Congo.

Secrets d’ivoire, un titre d'exposition qui fait office de promesse: révèler l'intimité de cette matière dure et opaque dans laquelle ont été moulés des centaines d'objets. Ces derniers, exposés au musée du Quai Branly, à Paris, appartiennent à la communauté Lega, un peuple forestier d'Afrique centrale principalement établi en République démocratique du Congo. Un groupe dont l'histoire est racontée à travers des textes et des illustrations tout au long du parcours. Des objets aussi. Figurines anthropomorphes, cuillères de bois et sculptures.

Une grande partie de ces œuvres proviennent de la collection de l'Américain Jay T. Last, un physicien qui, depuis les années 1960, enchaîne les belles trouvailles. Présent au vernissage, il était «ravi de voir sa collection exposée en France», aux côtés d'objets prêtés par le Fowler Museum.

Pendant un peu plus de trois mois, les visiteurs pourront découvrir les spécificités de ce peuple congolais, notamment les secrets du bwami: c'est une célébration qui permet de gravir des échelons dans la société et ce, à travers des rites d’initiations. Par la présence d'outils, de proverbes ou de statuettes utilisés lors du céramonial, toutes les étapes y sont représentées dans l'exposition.

Philosophie

Contrairement aux idées reçues, on découvre en longeant les allées sombres du musée que les étapes sont plus intellectuelles que physiques, car cette population «recherche la perfection morale», explique Aurélien Gaborit responsable des collections Afrique au Quai Branly. L’art, la connaissance et la sagesse ont une réelle signification chez les Lega.» Mais sur le chemin de la philosophie, intervient un ou plusieurs objets, médiateurs. Les artefacts faits de bois d'ivoire constituent les principaux supports de connaissance pour progresser dans l’initiation et se transmettent depuis des générations. Comme les imposants masques éburnéens des plus hauts gradés du bwami.  

Secrets d’ivoire aborde également le combat mené par le colonisateur belge pour mettre un terme à cette pratique ancestrale. Ayant compris l'importance des objets dans le rite, l'administration belge avait ordonné leur confisquation et l'emprisonnement des chefs de tribus. Les colons usaient de tous les moyens pour «lutter contre cette influence imposante dans la société», poursuit Aurélien Gaborit.

Les Lega ont prouvé leur résilience car, encore aujourd'hui, ce peuple perpétue les traditions ancestrales. La voyage au pays des Lega s'achève. On regrette toutefois de ne pas en savoir davantage sur la fabrication des objets d'art. Leur conception a-t-elle évolué à travers le temps? Ou, au contraire, est-elle restée fidèle à la tradition des anciens?

Greta Mulumbu

Secrets d'Ivoire au Musée du Quai Branly

du 13/11/2013 au 26/01/2014

Greta Mulumbu

Journaliste

Ses derniers articles: Les accros du pouvoir  Ce qu'il ne faudra pas recommencer en 2014  Elles vont compter en 2014 

art

Art

Kesh Angels, les bikeuses en hijab

Kesh Angels, les bikeuses en hijab

design

Le bijoutier des bidonvilles de Nairobi

Le bijoutier des bidonvilles de Nairobi

Bck Art Gallery

Amparo Sard

Amparo Sard

République démocratique du Congo

Enfants soldats

Des champs de bataille aux champs de maïs

Des champs de bataille aux champs de maïs

chauffards

Pourquoi les Congolais conduisent mal

Pourquoi les Congolais conduisent mal

Immigration

Incursion dans les camps de migrants congolais du Maroc

Incursion dans les camps de migrants congolais du Maroc

musée du quai Branly

Exposition

Histoires secrètes de nos cheveux

Histoires secrètes de nos cheveux

Racisme

L'autre combat de Thuram

L'autre combat de Thuram

Exposition

Du travail de mémoire et de «l'invention du Sauvage»

Du travail de mémoire et de «l'invention du Sauvage»