mis à jour le

Kenya: nouvelle comparution de quatre suspects de l'attaque du Westgate

Quatre hommes inculpés de "soutien à un groupe terroriste" pour leur participation présumée à l'organisation de l'attaque islamiste contre le centre commercial Westgate de Nairobi ont comparu lundi devant un tribunal de la capitale kényane, en vue de leur libération sous caution.

Ces quatre suspects, présentés comme Mohammed Ahmed Abdi, Liban Abdullah, Adan Adan et Hussein Hassan, plaident non coupables des charges retenues contre eux. Ils sont aussi accusés d'entrée illégale sur le territoire kényan et obtention frauduleuse de documents d'identité.

L'attaque du Westgate, qui a fait 67 morts et une vingtaine de disparus, a été revendiquée par les islamistes somaliens shebab, qui ont dit avoir agi en représailles à l'intervention militaire kényane lancée contre eux fin 2011 dans le sud somalien. Les quatre suspects sont d'ethnie somali, mais leur nationalité, somalienne ou kényane, n'est pas clairement établie.

"L'accusation doit présenter un dossier solide et convaincant pour justifier que ces personnes doivent rester en détention pendant leur procès", a déclaré l'avocat de la défense, Mbugua Mureithi.

La question de la caution devrait être rediscutée dans la semaine.

D'autres audiences de procédures pourraient intervenir en décembre, mais le procès au fond ne devrait pas commencer avant janvier.

Les quatre suspects ne sont pas eux-mêmes les personnes qui ont pris d'assaut le Westgate le 21 septembre.

Les membres du commando, estimé à quatre personnes seulement, sont présumés avoir tous péri durant l'attaque. Les autorités pensent avoir retrouvé leurs corps dans les ruines de la partie du centre commercial qui s'est effondrée après un violent incendie déclenché par les combats entre forces spéciales kényanes et les assaillants, mais l'identification des cadavres est toujours en cours.

Chassés de Mogadiscio en août 2011 par la Force de l'Union africaine (Amisom), les shebab ont depuis essuyé une série ininterrompue de défaites militaires face à l'Amisom et à un corps expéditionnaire éthiopien, entré en Somalie en novembre 2011.

Contraints d'abandonner la totalité de leurs bastions dans le sud et le centre de la Somalie, ils continuent d'occuper de larges zones rurales et restent une menace importante pour la sécurité en Somalie et plus largement dans l'ensemble de l'Afrique de l'Est, selon les analystes.

Le contingent kényan, depuis intégré à l'Amisom, a pris en 2012 le contrôle du port de Kismayo, un des ultimes bastions shebab et crucial pour le financement des insurgés islamistes.

AFP

Ses derniers articles: Sierra Leone: la présidente de la Fédération mise en examen pour corruption  Togo: 2ème jour de manifestation de l'opposition dans un climat tendu  Kenya: le président Kenyatta accuse la Cour suprême d'un "coup d'Etat" 

nouvelle

AFP

Au Kenya, la confusion règne dans l'organisation de la nouvelle présidentielle

Au Kenya, la confusion règne dans l'organisation de la nouvelle présidentielle

AFP

Société Générale lance une nouvelle banque alternative en Afrique

Société Générale lance une nouvelle banque alternative en Afrique

AFP

Kenya: ouverture de la nouvelle législature, l'opposition boycotte

Kenya: ouverture de la nouvelle législature, l'opposition boycotte

Westgate

AFP

Au Kenya, l'oubli comme moyen de faire face

Au Kenya, l'oubli comme moyen de faire face

IRL

La chaîne Fox news diffuse des images de l'attaque de Westgate dans une série TV

La chaîne Fox news diffuse des images de l'attaque de Westgate dans une série TV

AFP

Kenya: cérémonie interreligieuse

Kenya: cérémonie interreligieuse