mis à jour le

Pour un audit de l’enseignement du tamazight

Le secrétaire général du Haut-Commissariat à l'amazighité (HCA), Youcef Merahi, a plaidé, hier à Tizi Ouzou, pour la nécessité de faire un audit de l'enseignement du tamazight. Intervenant dans le cadre des Journées d'étude sur le patrimoine villageois amazigh, organisées par le HCA à la maison de la culture de Tizi Ouzou, M. Merahi a estimé qu'il est «important que l'enseignement du tamazight soit soumis à une évaluation afin de faire le bilan de cette expérience depuis l'introduction de cette langue dans le système éducatif en 1995». Cet audit permettra, selon lui, «d'améliorer l'enseignement du tamazight et de mettre fin au caractère expérimental qui caractérise l'apprentissage de cette langue, devenue deuxième langue nationale du pays depuis 2002, et de l'améliorer». Abordant quelques contraintes considérées comme des «obstacles» au développement et à la généralisation de l'enseignement du tamazight, le secrétaire général du HCA a évoqué le problème de la formation des formateurs, assurée actuellement par seulement trois universités à travers les départements de langue et culture amazighes des universités de Béjaïa, Bouira et Tizi Ouzou. M. Merahi a également souhaité que la question de la transcription de cette langue qui se fait actuellement en trois caractères, à savoir le latin dans les wilayas du Centre, l'arabe à Batna et le tifinagh dans les wilayas du Sud, soit tranchée.

tamazight

[email protected] (Amazighnews)

Table ronde sur la reconnaissance constitutionnelle de Tamazight au Maroc

Table ronde sur la reconnaissance constitutionnelle de Tamazight au Maroc

La rédaction

Algérie : Faut-il rendre obligatoire l’enseignement du Tamazight ?

Algérie : Faut-il rendre obligatoire l’enseignement du Tamazight ?

Tribune

Europe et Amazighs, des rapports compliqués

Europe et Amazighs, des rapports compliqués