mis à jour le

Libye: affrontements entre milices armées

Des milices armées se sont affrontées jeudi soir à Tripoli où des coups de feu nourris ont été entendus dans plusieurs quartiers de la capitale libyenne, faisant au moins une dizaine de blessés, selon des témoins et une source des services de sécurité.

Les affrontements se sont déclenchés après la mort du chef d'une milice qui a succombé jeudi à ses blessures, a indiqué à l'AFP un responsable de la sécurité à Tripoli, sous couvert de l'anonymat.

Ce chef, Nourri Friwan, avait été blessé mardi soir sur un check-point tenu par une brigade d'ex-rebelles de Soug al-Jomaa, un quartier situé dans l'est de la capitale.

Pour venger la mort de leur chef, des miliciens armés, venus de la ville de Misrata à bord de véhicules équipés de canons antiaériens, se sont dirigés vers le quartier de Soug al-Jomaa, fermant la route principale qui mène à ce quartier, selon des témoins.

Des échanges de coups de feu et des explosions ont été entendus notamment entre 22H00 et 01H00 (20H00 et 23H00 GMT).

Selon une source médicale à l'hôpital al-Zawiya de Tripoli, au moins dix personnes, dont des civils, ont été blessées, dont deux graves.

A partir de 01H00, une accalmie relative ponctuée de tirs intermittents étaient constatée.

Une autre source de sécurité a indiqué que la plupart des coups de feu étaient une démonstration de force de chacune des milices. "Chaque groupe tire en l'air pour montrer sa force", a-t-il ajouté.

Les habitants de la capitale étaient terrorisés et terrés chez eux en ce weekend.

Des immeubles situés près du lieu des affrontements ont été touchés par des balles, selon des témoins.

L'hôtel Radisson où résident des diplomates et des hommes d'affaires étrangers a été particulièrement endommagé par des balles de canon-anti-aérien.

"Nous sommes terrorisés. De nombreuses vitres ont volé en éclat", a indiqué à l'AFP un des résidents de l'hôtel.

Les autorités de transition peinent à former une armée et une police professionnelles. Elles font régulièrement appel aux ex-rebelles ayant combattu le régime de Mouammar Kadhafi en 2011 pour assurer la sécurité, mais n'arrivent plus à les contrôler.

Ces ex-rebelles se sont organisés en milices armées et contrôlent différents quartiers de la capitale libyenne.

AFP

Ses derniers articles: Près de 6.000 jihadistes de l'EI pourraient revenir en Afrique  Tanzanie: les corps des Casques bleus tués en RDC rapatriés mardi ou mercredi  Le géant chinois de la voiture électrique BYD va s'installer au Maroc 

affrontements

AFP

Soudan du Sud: plus de 60 morts dans des affrontements entre clans rivaux

Soudan du Sud: plus de 60 morts dans des affrontements entre clans rivaux

AFP

Centrafrique: au moins dix morts dans des affrontements

Centrafrique: au moins dix morts dans des affrontements

AFP

Soudan du Sud: au moins 50 morts dans des affrontements intercommunautaires

Soudan du Sud: au moins 50 morts dans des affrontements intercommunautaires

milices

AFP

Milices et braconniers exercent une "pression énorme" sur la faune d'Afrique centrale (rapport)

Milices et braconniers exercent une "pression énorme" sur la faune d'Afrique centrale (rapport)

AFP

Centrafrique: négociations sans précédent en vue du désarmement des milices

Centrafrique: négociations sans précédent en vue du désarmement des milices

AFP

Ghana: les milices font pression dans un climat post-électoral tendu

Ghana: les milices font pression dans un climat post-électoral tendu

armées

AFP

Tchad: des rébellions armées inquiètent de nouveau

Tchad: des rébellions armées inquiètent de nouveau

AFP

Les armées africaines sous-équipées face aux jihadistes

Les armées africaines sous-équipées face aux jihadistes

AFP

Libye: les principales forces armées en présence

Libye: les principales forces armées en présence