mis à jour le

Le Premier ministre laisse entendre que le président Bouteflika a bien l'intention de briguer un 4e mandat. Adrar. De notre envoyé spécial Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, laisse entendre que le président Bouteflika briguera un quatrième mandat. «Bouteflika ne partira pas», a-t-il lancé devant les représentants de la société civile de la wilaya d'Adrar, où il s'est rendu hier en visite de travail et d'inspection. C'est le plus important message, semble-t-il, qu'a voulu lancer le Premier ministre devant les citoyens et les autorités locales de cette wilaya. Abdelmalek Sellal fait mine, à cet effet, de se remémorer une discussion qu'il a eue avec l'imam d'une zaouïa de la wilaya de Sétif, la semaine dernière, lequel se souciait, selon lui, de l'avenir des zaouïas sans Abdelaziz Bouteflika. «Cet imam m'a raconté ce qui se dit dans la rue. On lui a raconté que si Bouteflika part, les zaouïas vont disparaître. Je lui ai dit alors que Bouteflika ne partira pas et que les zaouïas vont rester», a-t-il déclaré sans donner plus de précisions. L'intervention d'un notable de la région, présent dans la salle, ne lui a pas permis d'expliciter son message puisqu'il a donné, juste après, la parole aux représentants de la société civile pour exposer leurs doléances. La déclaration de M. Sellal confirme une nouvelle fois l'intention du président Bouteflika et de son entourage de rester au pouvoir pour cinq années supplémentaires. C'est la première fois qu'un responsable du gouvernement s'exprime ouvertement sur l'avenir du président Bouteflika.  Avant Sellal, la précampagne pour la présidentielle avait été lancée par le secrétaire général du FLN, Amar Saadani, qui avait affirmé que le chef de l'Etat est le candidat de son parti pour la présidentielle de 2014. Samedi dernier, le secrétaire général par intérim du RND, Abdelkader Bensalah, lui a emboîté le pas en mettant toute la machine de son parti au service du président Bouteflika. Ce faisant, Abdelmalek Sellal poursuit sa campagne visant à glorifier le bilan du gouvernement, chargé d'appliquer le programme du Président. Il insiste, dans ce sens, sur «la stabilité» qui a favorisé «le développement économique, politique et social du pays». «Vous êtes en train de suivre. Le pays va bien et il est en voie de développement. La stabilité actuelle est la source de ce développement. Et si Dieu le veut, l'Algérie se portera encore mieux», estime-t-il. Dans sa lancée, il appelle à l'unité nationale qui n'a pas été, ajoute-t-il, ébranlée par les man½uvres du colonialisme. «Le colonialisme a voulu diviser le Nord et le Sud, les Amazigh et les Arabes, l'Est et l'Ouest. Il n'a pas réussi. Nous nous sommes montrés unis et nous lui avons dit que nous sommes des Arabes et que nous sommes tous des Amazigh», rappelle-t-il, précisant que le gouvernement veut «en finir définitivement avec la politique de l'exclusion». Sud : les mesures du gouvernement seront appliquées Revenant sur le développement des wilayas du Sud, Abdelmalek Sellal assure que cette région aura sa part dans les programmes de développement : «Pour l'emploi, le gouvernement a pris des mesures en faveur des jeunes de la région. Nous sommes en train de faire des tournées dans les wilayas pour connaître le sort réservé à ces mesures. S'il y a des lacunes, elles seront corrigées.» S'adressant à la population d'Adrar, le Premier ministre a annoncé que le développement dans cette wilaya va connaître un nouvel essor. «Il y a d'importantes découvertes de gaz et de pétrole dans cette région. Je suis certain qu'Adrar connaîtra un développement très positif. Mais il faut garder votre spécificité qui fait votre fierté», a-t-il déclaré, insistant sur la nécessité de sauvegarder le patrimoine culturel et cultuel de la wilaya.  Par la même occasion, il a annoncé l'inscription, dans le prochain quinquennat, de nouveaux projets ferroviaires pour relier Adrar à Béchar, El Ménéa, Beni Abbès et Timimoun.  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien