mis à jour le

Sahara: le Maroc n'a pas

Le roi du Maroc Mohammed VI a répliqué mercredi soir aux propos du président algérien Abdelaziz Bouteflika sur le Sahara occidental, estimant que Rabat n'avait pas à recevoir "de leçon" surtout de  ceux qui "bafouent les droits de l'homme".

Les deux pays voisins ont récemment connu une mini-crise diplomatique, avec le rappel durant quelques jours de l'ambassadeur du Maroc à Alger à la suite d'un discours de M. Bouteflika jugeant "plus que jamais d'actualité" la mise en place d'un mécanisme international de surveillance des droits de l'homme au Sahara.

Cette ex-colonie espagnole est contrôlée depuis les années 1970 par Rabat mais est revendiquée par les indépendantistes du Front Polisario, avec le soutien de l'Algérie.

S'exprimant à l'occasion de la commémoration de la "Marche verte" sur ce territoire, en 1975, Mohammed VI a fait valoir que le Maroc "refus(ait) de recevoir des leçons (...), surtout de la part de ceux qui bafouent systématiquement les droits de l'homme".

"Quiconque souhaite surenchérir sur le Maroc n'a qu'à descendre à Tindouf, et observer dans nombre de régions alentour, les atteintes portées aux droits humains les plus élémentaires", a-t-il affirmé, en référence, notamment, aux camps de réfugiés sahraouis situés dans le sud-ouest de l'Algérie.

Le souverain chérifien a, par ailleurs, accusé les "adversaires" du royaume de recourir "à l'argent" et à d'autres "avantages" pour tenter "d'acheter les voix et les prises de position de certaines organisations hostiles".

"Ils dilapident de la sorte les richesses et les ressources d'un peuple frère, que cette question ne concerne pas mais se dresse plutôt comme une entrave à l'intégration maghrébine", a-t-il ajouté. Le différend entre Rabat et Alger sur le Sahara occidental entrave la mise en ½uvre de l'Union du Maghreb arabe (UMA).

Dans son discours, le roi du Maroc a également semblé viser les Etats-Unis qui, au printemps dernier, avaient élaboré un projet de résolution au Conseil de sécurité visant à élargir aux droits de l'homme le mandat de la mission de l'ONU dans la région. 

"Y a-t-il une crise de confiance entre le Maroc et certains centres de décision chez ses partenaires stratégiques, concernant la question des droits de l'homme" au Sahara?, a-t-il demandé.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry est attendu en début de semaine prochaine à Rabat, dans le cadre d'une tournée régionale.

AFP

Ses derniers articles: Pour les Etats-Unis, la nomination de Mugabe comme ambassadeur de l'OMS "contredit les idéaux de l'ONU"  Algérie: Bouteflika exhorte la presse  Scandale après la nomination de Mugabe comme ambassadeur de l'OMS 

Maroc

AFP

Maroc et "argent du haschich": Rabat rappelle son ambassadeur en Algérie

Maroc et "argent du haschich": Rabat rappelle son ambassadeur en Algérie

AFP

Entre le Maroc et Ceuta, le travail de forçat des "femmes-mulets"

Entre le Maroc et Ceuta, le travail de forçat des "femmes-mulets"

AFP

Mondial-2018: Amine Harit appelé pour la 1re fois par le Maroc

Mondial-2018: Amine Harit appelé pour la 1re fois par le Maroc

Mohammed

AFP

Maroc: Mohammed VI appelle

Maroc: Mohammed VI appelle

AFP

Maroc: des détenus du mouvement de contestation graciés par le roi Mohammed VI

Maroc: des détenus du mouvement de contestation graciés par le roi Mohammed VI

AFP

Macron au Maroc pour une première rencontre avec le roi Mohammed VI

Macron au Maroc pour une première rencontre avec le roi Mohammed VI