mis à jour le

Assassinat de journalistes Kidal : Le sang des martyrs, ferment de l’unité touareg

Même fama (1) n'a pu retenir ses larmes. Il a fini par craquer. En public. Ses sanglots, assez bruyants, retransmis par RFI, suscitent moult réactions aussi diverses que contradictoires. Ibrahim Boubacar Kéita, «l'homme à poigne», réputé pour son caractère bien trempé, a pleuré. Oui, il a pleuré. Comme une madeleine. Le lundi 4 novembre 2013 devant deux cercueils.

L'Observateur Paalga

Ses derniers articles: Algérie: c'est Bouteflika lui-même qui organise la détestabilisation  Et maintenant les émeutes du courant  Sommet Afrique-Etats-Unis: les moutons noirs de Washington 

assassinat

AFP

RDC: assassinat de deux responsables communautaires de la prévention anti-Ebola

RDC: assassinat de deux responsables communautaires de la prévention anti-Ebola

AFP

Assassinat de deux Scandinaves au Maroc: peine de mort requise contre trois accusés

Assassinat de deux Scandinaves au Maroc: peine de mort requise contre trois accusés

AFP

Assassinat de deux Scandinaves au Maroc: peine de mort requise contre 3 accusés

Assassinat de deux Scandinaves au Maroc: peine de mort requise contre 3 accusés

journalistes

AFP

Soudan: le chef du principal syndicat de journalistes détenu

Soudan: le chef du principal syndicat de journalistes détenu

AFP

Centrafrique: deux journalistes de l'AFP violemment interpellés

Centrafrique: deux journalistes de l'AFP violemment interpellés

AFP

Une place inaugurée

Une place inaugurée

Kidal

AFP

Mali: le chef du gouvernement en visite dans le Nord, attendu

Mali: le chef du gouvernement en visite dans le Nord, attendu

AFP

Mali: trois Casques bleus tués dans une attaque jihadiste

Mali: trois Casques bleus tués dans une attaque jihadiste

AFP

Mali: la Croix-Rouge reprend ses activités

Mali: la Croix-Rouge reprend ses activités