mis à jour le

Assassinat de journalistes Kidal : Le sang des martyrs, ferment de l’unité touareg

Même fama (1) n'a pu retenir ses larmes. Il a fini par craquer. En public. Ses sanglots, assez bruyants, retransmis par RFI, suscitent moult réactions aussi diverses que contradictoires. Ibrahim Boubacar Kéita, «l'homme à poigne», réputé pour son caractère bien trempé, a pleuré. Oui, il a pleuré. Comme une madeleine. Le lundi 4 novembre 2013 devant deux cercueils.

L'Observateur Paalga

Ses derniers articles: Algérie: c'est Bouteflika lui-même qui organise la détestabilisation  Et maintenant les émeutes du courant  Sommet Afrique-Etats-Unis: les moutons noirs de Washington 

assassinat

AFP

Burundi: assassinat du ministre de l'Environnement

Burundi: assassinat du ministre de l'Environnement

AFP

Tunis: manifestation après un assassinat attribué par le Hamas

Tunis: manifestation après un assassinat attribué par le Hamas

AFP

Burundi: le porte-parole du président échappe à un attentat

Burundi: le porte-parole du président échappe à un attentat

journalistes

AFP

Maroc: nouveau report du procès de sept journalistes

Maroc: nouveau report du procès de sept journalistes

AFP

Les journalistes du Maghreb "sous haute tension", selon RSF

Les journalistes du Maghreb "sous haute tension", selon RSF

AFP

6 journalistes ivoiriens en liberté, mais inculpés

6 journalistes ivoiriens en liberté, mais inculpés

Kidal

AFP

Mali: la Croix-Rouge reprend ses activités

Mali: la Croix-Rouge reprend ses activités

AFP

Mali: rentrée scolaire

Mali: rentrée scolaire

AFP

Mali: la Mission de l'ONU inquiète des conséquences des combats autour de Kidal

Mali: la Mission de l'ONU inquiète des conséquences des combats autour de Kidal