mis à jour le

Revue de presse. Premier Festival maghrébin du cinéma

Lu sur L'Expression

La cérémonie de la première édition du Festival maghrébin du cinéma à Alger a été marquée par le premier long métrage de la cinéaste marocaine qui en a également écrit le scénario, La Cinquième corde, une fiction de 98 minutes.

La première édition du Festival culturel maghrébin du cinéma prévue du 3 au 8 novembre à Alger a été inaugurée dimanche dernier à la salle El Mougar par le long métrage de Selma Bargach La Cinquième corde, un mélodrame dans lequel la musique offre des alternatives de changement à une jeunesse en quête d'ouverture vers un nouveau monde, approprié à ses aspirations. Premier long métrage de la cinéaste marocaine qui en a également écrit le scénario, La Cinquième corde, une fiction de 98 minutes, répercute sur le grand écran un nouveau regard en quête de tolérance traduisant la nécessité d'une nouvelle vision sur une culture enracinée depuis des siècles.

Réalisé en 2011, le long métrage qui a obtenu plusieurs distinctions et participé à des rencontres internationales, relate le parcours créatif de Malek, un passionné de luth, qui, voulant encore progresser, arrive chez son oncle Amir, maître de musique et détenteur du secret de la 5ème corde, symbole de renouveau que Ziryab a ajouté à son Oud au VIIIe siècle. Rencontrant Laura, Malek affiche clairement son obstination à vouloir percer le mystère de la 5ème corde, signe d'une volonté prononcée à se libérer du conservatisme de son oncle qui devient furieux lorsqu'il entend son neveu jouer sa première composition où le luth n'est plus dans la tradition, mais dans un mélange de sonorités jazz, aux allures modernistes. «Le parcours de Malek jalonné d'épreuves est aussi celui de centaines de jeunes incompris et sans soutien, vivant en marge de la société», explique Selma Bargach, avant d'ajouter, «c'est aussi celui de ceux qui ont gardé l'espoir et qui ont su s'inscrire dans une énergie fertile». «La présence dans une fiction marocaine du comédien tunisien Ali Esmili, dans le rôle de Malek et celle de Safy Boutella qui a signé la musique du film, met en valeur cette synergie dans le fait culturel qui a permis, entre autres, la réussite de ce projet», a noté un observateur.

Née à Casablanca, Selma Bargach étudie l'art et le cinéma expérimental à la Sorbonne à Paris. Elle a réalisé des courts métrages avant de se lancer dans le long métrage et a soutenu un doctorat sur le thème «Le statut et le rôle de la femme dans le cinéma marocain». Le premier Festival culturel maghrébin du cinéma d'Alger verra la projection de 15 courts métrages, 11 longs métrages et 9 films documentaires représentant outre l'Algérie avec 11 productions, la Tunisie et le Maroc avec 10 productions chacun et la Mauritanie avec 4 productions. Le déroulement du festival, réparti entre deux salles, connaîtra quotidiennement la projection de quatre courts métrages et deux à trois longs métrages à la salle El Mougar et une moyenne de deux documentaires par jour à la Cinémathèque d'Alger où il est également prévu d'organiser tous les débats qui concernent l'ensemble des projections. Les jurys des trois sections composés d'universitaires et professionnels du cinéma au Maghreb seront présidés par Lamine Merbah pour le long métrage, Rabah Laradji pour le court métrage et Fadéla Mehal pour le film documentaire. Dans la section longs métrages, l'Amayas d'or, plus haute distinction du festival, sera décerné à la meilleure fiction, ainsi que quatre autres prix qui récompenseront les meilleurs rôles masculin et féminin, le meilleur scénario et le Prix spécial jury. Les sections courts métrages et films documentaires seront quant à eux couronnés d'une seule distinction chacune, respectivement, l'Amayas d'or et le Grand Prix du documentaire.

Par ailleurs, une conférence sur le thème de la postproduction et la numérisation des films est programmée en marge du festival. Auparavant, la cérémonie d'ouverture a été présidée par la ministre de la Culture, Khalida Toumi, en présence du ministre des Affaires étrangères, M.Ramtane Lamamra, invité à l'inauguration de cette première édition ainsi que nombre de professionnels du 7e art en Algérie et au Maghreb. Le Festival culturel maghrébin du cinéma d'Alger se fixe pour objectif de faire connaître au grand public les productions récentes des jeunes auteurs et cinéastes maghrébins en particulier et de promouvoir et développer les échanges dans le domaine de la production cinématographique entre les pays du Maghreb en général.

The post Revue de presse. Premier Festival maghrébin du cinéma à Alger : un film marocain en ouverture appeared first on Algérie Focus.

Algérie Focus

Ses derniers articles: En Algérie, le remaniement accouche d'un gouvernement sans hommes politiques  Un coup d’Etat en Algérie: la folle prédiction israélienne qui amuse les Algériens  Une enquête inédite révèle l'immense patrimoine immobilier parisien de dirigeants algériens 

festival

AFP

Le cinéma russe

Le cinéma russe

AFP

Le festival de Carthage sacre

Le festival de Carthage sacre

AFP

Éthiopie: deuil national après la mort de 52 personnes dans un festival

Éthiopie: deuil national après la mort de 52 personnes dans un festival

Maghrébin

Abdou Semmar

Cheb Khaled : “je suis un citoyen maghrébin et j’appartiens

Cheb Khaled : “je suis un citoyen maghrébin et j’appartiens

MAP

Marrakech: Vers la création d'un réseau maghrébin de professeurs de Français de l'Enseignement supérieur

Marrakech: Vers la création d'un réseau maghrébin de professeurs de Français de l'Enseignement supérieur

MAP

Marrakech: Vers la création d'un réseau maghrébin de professeurs de Français de l'Enseignement supérieur

Marrakech: Vers la création d'un réseau maghrébin de professeurs de Français de l'Enseignement supérieur

cinéma

AFP

Nigéria: face

Nigéria: face

Archivage

Un siècle de mémoire audiovisuelle africaine est en train de disparaître

Un siècle de mémoire audiovisuelle africaine est en train de disparaître

AFP

Soudan: pour honorer son père, elle sauve les vestiges du cinéma

Soudan: pour honorer son père, elle sauve les vestiges du cinéma