mis à jour le

La semaine politique… le reste, c’est du Yasmina Khadra par Kamel Daoud

On s'habitue à presque tout : un pays qui va se choisir un président alors qu'aucune candidature sérieuse et pas loufoque ne s'est profilée à cinq mois de l'échéance. On a beau essayer de tourner la tête, de se désintéresser, de ricaner, cela vous rattrape. C'est la prouesse du régime que d'avoir obtenu l'immobilité dans un monde qui bouge sous la révolte et les révolutions. Avoir fait s'asseoir un peuple entier, sur une chaise roulante ou un trottoir en réfection, avoir vidé le 1er novembre, puis le 05 octobre, puis le 05 juillet, puis le reste des dates, puis le temps entier et l'avoir empaillé et nous avoir convaincu qu'il ne faut rien faire, manger, songer, danger. À cinq mois du choix, le choix est fait de ne rien dire, rien demander, juste attendre. Du neuf en avril ? De l'inattendu ? Il ne faut pas se leurrer : tous voteront Bouteflika et même ceux qui ne voteront et pas même ceux qui voteront contre. Le candidat n'est pas Bouteflika, c'est un système entier, une façon de manger, un équilibre alimentaire que personne n'osera remettre en cause et en jeu.

La question du « comment va-t-il faire campagne sur sa chaise roulante ? » est absurde ou très secondaire. Le candidat n'est pas un homme, mais un ensemble qui va du ventre à la tête. Une mécanique. Bouteflika est la tête de proue : il sera élu même s'il faut passer par le taxidermiste. Il est juste l'effigie sur la grosse pièce de monnaie nationale que tout le monde a en poche. Par intuition et par réflexion ses timides concurrents le savent et hésitent sur les rebords de la grande assiette. Déchirés parfois entre l'ambition et l'évidence, la lucidité et la tentation de l'épopée. L'exercice, pour le moment et pour certains, consiste à ne pas se prononcer mais à garder un minimum de visibilité. Ceci pour les grosses pointures.

Les autres candidats, encore au premières marches, sont parfois admirables et inutiles, parfois sourds mais pas muets, parfois calculateur mais avenir, parfois loufoque et avec un égo démesuré. Présidents de partis, des dissidents qui provoquent la méfiance, des lutteurs pour la vérité qui provoquent la compassion ou un écrivain qui fait sourire par ses arguments simplistes. Nous vieillirons avant qu'ils n'aient leur chance. Lecture pessimiste ? Que non. Juste lucide.

Que pouvons nous contre ? L'Occident a déjà voté Bouteflika. Le pétrole aussi, le gaz schiste, les puissances, les voisins, l'armée et les danseurs, le FLN et les voix dociles de la ruralité algérienne très conservatrice et frileuse. Tout est contre nous, nous qui rêvons d'une réforme douce et d'une transition sans violence. Ce régime semble increvable, riche et bien soutenu. Quand il meurt, il ne fait que s'asseoir, se reposer un peu puis se relever.

La question n'est pas si Bouteflika est candidat ou pas. Le système alimentaire l'est déjà. Les gens voteront pour le repas gratuit, l'argent facile, la fanfare patriotique orale, la paresse rémunérée, la corruption facile et pour que rien ne bouge. C'est tout. Le reste, c'est du Yasmina Khadra.

The post La semaine politique... le reste, c'est du Yasmina Khadra par Kamel Daoud appeared first on Algérie Focus.

Algérie Focus

Ses derniers articles: En Algérie, le remaniement accouche d'un gouvernement sans hommes politiques  Un coup d’Etat en Algérie: la folle prédiction israélienne qui amuse les Algériens  Une enquête inédite révèle l'immense patrimoine immobilier parisien de dirigeants algériens