mis à jour le

L'ex-douanier anticorruption Rachid Aouine interpellé par la police

Rachid Aouine, l'ex-douanier anticorruption et membre de la Coordination nationale de défense des droits des chômeurs (CNDDC) à Oued Souf, est actuellement entre les mains de la police à Ouargla. Il a été arrêté hier matin pour avoir manifesté pacifiquement devant l'Ecole régionale des douanes de Aïn Beïda, pendant que s'y tenait une cérémonie de sortie d'une promotion de 512 agents de contrôle et de surveillance présidée par Mohamed Abdou Bouderbala, directeur général des Douanes. Cette arrestation n'a pas seulement touché ce douanier mais également trois autres personnes venues le soutenir dans cette ultime tentative d'attirer l'attention du patron des Douanes sur son cas. Limogé pour avoir dénoncé des manquements dans la surveillance de l'exportation de gaz vers la Tunisie à partir de l'usine d'El Borma, daïra relevant de la wilaya de Ouargla frontalière de la Tunisie, en 2011, il aurait remarqué la surveillance discontinue des agents qui signaient de surcroît des documents élaborés en leur absence. Rachid Aouine, en mission d'inspection, avait constaté à l'époque que lesdits agents étaient sous-formés et peu enclins à appliquer les standards en matière de contrôle des hydrocarbures. Il est victime de pressions et d'intimidations, puis d'une révocation du corps des Douanes, malgré les conclusions d'une commission de l'Inspection générale des finances dont les missionnaires ont conclu aux mêmes constatations faites par le douanier. Interpellé hier devant l'école qui l'avait formé pour protéger l'économie nationale, Rachid Aouine subit encore une fois les conséquences d'une décision qu'il a mûrement réfléchie avant de décider de dénoncer les irrégularités qu'il a jugées graves. Après deux procès dont il est sorti blanchi, il criait hier son souhait de réintégrer son poste et qu'une enquête soit ouverte sur les exportations de gaz en Tunisie. La réhabilitation n'est pas pour demain puisque M. Bouderbala, qui n'a pas voulu l'entendre, est reparti à Alger à la mi-journée, alors qu'Aouine était auditionné par la police.                      

police

AFP

Ouganda : Bobi Wine accuse la police d'empêcher un concert

Ouganda : Bobi Wine accuse la police d'empêcher un concert

AFP

Zimbabwe: la police interdit les rassemblements

Zimbabwe: la police interdit les rassemblements

AFP

Ethiopie: la police conclut au suicide du directeur de barrage de la Renaissance

Ethiopie: la police conclut au suicide du directeur de barrage de la Renaissance