mis à jour le

Pour la reconstitution d’un consensus politique national

Présent pour la première fois à Constantine, à l'occasion d'un rassemblement, hier, au palais de la culture Malek Haddad, le premier secrétaire national du FFS, Ahmed Betatache, a rappelé dans un discours prononcé devant les militants et cadres du parti, que l'un des principaux objectifs de son parti demeure la reconstitution d'un consensus politique national, sur le modèle de celui qui a abouti au déclenchement de la Révolution de 1954, afin de pouvoir sortir le pays du marasme dans lequel il est plongé. «Nous avons toujours milité pour un changement pacifique avec l'instauration d'un véritable Etat de droit par la séparation des pouvoirs», dira-t-il, tout en insistant qu'aucune élection ne sera ni libre ni transparente, tant que le pouvoir judiciaire ne sera pas indépendant. «Le problème pour nous n'est pas de savoir qui sera le Président, car la prochaine présidentielle ne pourra rien changer s'il n'y a pas un changement radical dans le système de gouvernance qui risquera de provoquer une véritable crise en Algérie», poursuit-il. Betatache ne manquera pas de fustiger encore une fois les violations par les gouvernants de la Constitution qu'ils avaient eux-mêmes imposée au peuple. «Sinon, comment expliquer que le Premier ministre soit le premier à avoir violé cette Constitution en ne présentant pas le bilan d'une année à la tête du gouvernement devant l'APN», notera-t-il. Interrogé à l'issue de cette rencontre sur une éventuelle participation du FFS à la prochaine présidentielle, Ahmed Betatache expliquera que «tout est encore flou pour le moment, nous devrons attendre la convocation officielle du corps électoral pour nous prononcer sur cette question à travers les institutions habilitées du parti».       

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

politique

Opinion

Les citoyens africains ont davantage confiance en leurs leaders religieux qu'en la justice

Les citoyens africains ont davantage confiance en leurs leaders religieux qu'en la justice

AFP

Gabon: le dialogue politique voulu par Bongo se précise, sans Ping

Gabon: le dialogue politique voulu par Bongo se précise, sans Ping

AFP

Afrique du Sud: un budget très politique devant le Parlement

Afrique du Sud: un budget très politique devant le Parlement

national

AFP

Afrique du Sud: démission du PDG du fournisseur national d'électricité

Afrique du Sud: démission du PDG du fournisseur national d'électricité

AFP

Éthiopie: deuil national après la mort de 52 personnes dans un festival

Éthiopie: deuil national après la mort de 52 personnes dans un festival

AFP

Au Kenya, le rail sonnera-t-il le glas du parc national de Nairobi?

Au Kenya, le rail sonnera-t-il le glas du parc national de Nairobi?