mis à jour le

Un Algérien sur trois souffre d’hypertension

Plus de 10 millions d'Algériens sont affectés par l'hypertension artérielle. Les habitudes alimentaires, l'environnement social, le stress, la sédentarisation sont les principales causes de la propagation de la maladie. Plus d'un tiers de la population algérienne souffre d'hypertension artérielle (HTA). Autrement dit, un Algérien sur trois est atteint de cette grave maladie chronique, à l'origine d'autres pathologies et de problèmes de santé. Le professeur Hacène Chibane, président de la Société algérienne d'hypertension artérielle (SAHA), tire la sonnette d'alarme. Lors du 11e congrès de cette société qui s'est déroulé hier à l'hôtel Sheraton d'Alger, ce professeur engagé dans la lutte contre l'hypertension a lancé un appel aux pouvoirs publics pour asseoir une véritable politique de prévention contre cette maladie qui gagne, d'année en année, du terrain et touche des couches de la population de plus en plus jeunes. La prévalence de cette maladie est en perpétuelle augmentation, affirme-t-il. Mais le plus inquiétant pour lui est qu'elle affecte aussi carrément des enfants. La propagation rapide de cette maladie, qui affecte des pans entiers de la société devient de plus en plus inquiétante en ce sens qu'elle devient un sérieux problème de santé publique. Pour ce professeur, il s'agit d'un «fléau» qu'il faut combattre par tous les moyens, en s'attaquant sérieusement aux causes, certes multiples, mais intimement liées à l'hygiène de vie. Il y a beaucoup de facteurs endogènes et exogènes qui stimulent la croissance de ce fléau dans notre société. Il y a lieu de citer les nouvelles habitudes alimentaires (sandwichs, fritures...) qui sont loin de constituer un modèle de consommation équilibrée et diététique. Au contraire, les repas consommés quotidiennement par de nombreux Algériens, aussi bien à la maison qu'à l'extérieur, nourrissent toutes les maladies dont l'hypertension artérielle qui trouve ainsi dans nos habitudes alimentaires un lit favorable à sa propagation. Les experts qui se sont penchés sur ce fléau ont pointé du doigt la consommation excessive du salé et du sucré. A cela s'ajoute la sédentarisation, l'environnement social, la génétique et le stress. Le Pr Chibane invite ainsi les Algériens à changer leurs habitudes alimentaires, à manger dans la mesure du possible plus de légumes et de fruits, moins de sucreries et de salés et de faire plus d'activité physique. Des habitudes qui sont bonnes pour la santé de manière générale et contribuent à améliorer l'espérance de vie et surtout à moins souffrir de la vieillesse. Praticiens mieux formés Mais les bonnes habitudes nécessitent une vulgarisation. Aussi, comme le soulignent de nombreux experts, le plus dangereux est que ces personnes hypertendues s'ignorent. D'où la nécessité d'opérations de sensibilisation régulières recommandées par les spécialistes. Pour le Pr Chibane, la lutte contre cette maladie doit passer impérativement par une meilleure formation des praticiens et par une sensibilisation de la population avec une prise de décisions dans le domaine de la prévention. Ces points constituent les deux piliers pour asseoir une stratégie de lutte efficace contre le fléau de l'hypertension artérielle. Avoir des praticiens mieux formés et plus outillés en termes d'équipements, c'est aussi garantir une bonne prise en charge des malades.  Une prise en charge qui reste aléatoire et parfois peu efficace en ce sens que les moyens mis à la disposition de la communauté des médecins sont de loin inférieurs au nombre de malades (plus de 10 millions) qui ne cesse d'augmenter.   Cette prise en charge semble également faillir par le fait que les soins ne sont pas totalement remboursés par la Sécurité sociale, comme c'est le cas pour les autres maladies chroniques. Un point sur lequel doivent se pencher les pouvoirs publics afin de permettre aux malades de bien se soigner.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien