mis à jour le

Niger : l'Etat ordonne la fermeture des camps de clandestins

Le gouvernement nigérien a ordonné le 1er novembre la fermeture « immédiate » des camps de clandestins d'Agadez (nord), principale zone de transit des migrants à destination de l'Algérie ou de la Libye, après la mort de 92 clandestins dans le Sahara, essentiellement des femmes et des enfants, dans le désert en octobre alors qu'ils cherchaient à rejoindre l'Algérie. À l'issue d'un Conseil des ministres, le gouvernement a également annoncé que « tous les acteurs » de ce trafic de migrants seraient « identifiés » et « sanctionnés avec la rigueur requise ».

Afrik

Ses derniers articles: La dépouille de Thomas Sankara exhumée, le Burkina Faso retient son souffle  L'Arabie Saoudite classe l'Algérie sur liste noire du financement du terrorisme  La Premier League, nouvelle terre d'accueil des joueurs africains 

Niger

AFP

Niger : 57 morts et 130.000 sinistrés dans des inondations depuis juin

Niger : 57 morts et 130.000 sinistrés dans des inondations depuis juin

AFP

Mali et Niger espèrent un "déclic" international du sommet de la Cédéao

Mali et Niger espèrent un "déclic" international du sommet de la Cédéao

AFP

L'humoriste Mamane de retour au Niger pour l'aider

L'humoriste Mamane de retour au Niger pour l'aider

fermeture

AFP

Dans le sud du Niger, la fermeture de la frontière du Nigeria ruine le commerce

Dans le sud du Niger, la fermeture de la frontière du Nigeria ruine le commerce

AFP

Deux mois de fermeture des frontières au Nigeria: un bilan mitigé

Deux mois de fermeture des frontières au Nigeria: un bilan mitigé

AFP

Les Etats-Unis rouvrent une ambassade en Somalie, 28 ans après sa fermeture

Les Etats-Unis rouvrent une ambassade en Somalie, 28 ans après sa fermeture

camps

AFP

La faim pousse des troupes sud-soudanaises

La faim pousse des troupes sud-soudanaises

AFP

Soudan: les deux camps engagés

Soudan: les deux camps engagés

AFP

Libye: aux portes de Tripoli, une bataille "vitale" pour les camps rivaux

Libye: aux portes de Tripoli, une bataille "vitale" pour les camps rivaux