mis à jour le

Boussaïd défend le PLF2014

Le projet de loi de finances (PLF) 2014 vise à concilier entre la relance économique et le rétablissement de l’équilibre budgétaire, a affirmé, vendredi à Rabat, le ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Boussaïd.

Dans sa réponse aux groupes de la majorité et de l’opposition devant la commission des finances et du développement économique à la Chambre des représentants, dans le cadre de l’examen du PLF2014, M. Boussaid a souligné la détermination du gouvernement à résoudre cette équation difficile au vu des conséquences de la crise économique, principale cause des déséquilibres des finances publiques, aux côtés des contraintes sociales, notamment l’évolution de la masse salariale qui compte pour un tiers du budget de l’Etat.

Pour le ministre, le rétablissement de l’équilibre budgétaire, étroitement lié aux niveaux du déficit et de l’endettement, reste indispensable pour garantir la confiance des investisseurs et des partenaires nationaux et internationaux.

Il a assuré que le système d’indexation partielle qui vient d’entrer en vigueur tient en compte les défis de stabilité budgétaire et de solidarité sociale.

Soulignant les atouts du modèle économique marocain qui a fait preuve de résilience, à la faveur de la mise en ½uvre des réformes démocratiques, combinée à la mise en place d’un modèle économique de développement à même de préserver un niveau de croissance raisonnable à travers l’extension et la modernisation du tissu productif, M. Boussaid s’est dit convaincu que l’avenir du Royaume passe par l’industrialisation.

A cet égard, il a souligné que le projet de loi de finances 2014 doit prendre en considération les tendances économique et financière ainsi que la conjoncture nationale, régionale et internationale.

Evoquant le contexte politique de son élaboration, le ministre a expliqué que ce projet, qui joue un rôle primordial dans la conception des orientations économique, financière et politique du gouvernement, a été conçu dans le cadre d’une majorité remaniée après une longue durée de négociations. Selon lui, l’élaboration de ce projet de loi dans les délais constitutionnels a constitué un “défi de taille”, ce qui a été accueilli favorablement par les partenaires nationaux et internationaux et a confirmé la confiance dans les institutions.

Ce projet intervient aussi dans “une conjoncture internationale et régionale toujours marquée par la précarité” dans le cadre des impacts de la crise économique mondiale.

D’autre part, M. Boussaid a rappelé que le PLF2014 prévoit la mobilisation de fonds au profit des secteurs prioritaires comme l’enseignement, la santé, l’agriculture et les infrastructures.

LNT/MAP

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Maroc : Alerte de pluies et averses importantes dans plusieurs villes  Obsèques  La terre a tremblé