mis à jour le

Centrafrique: un homme assassiné par des ex-rebelles, fuite de la population

Un homme a été froidement assassiné dans la nuit de vendredi à samedi par des hommes armés issus de l'ex-coalition rebelle Séléka aujourd'hui au pouvoir en Centrafrique à Baoro (300 km au nord-ouest de Bangui), faisant fuir des milliers d'habitants de cette sous-préfecture, a-t-on appris de source miliaire.

"Des éléments de l'ex-coalition rebelle Séléka basés à Bouar et à Bossembélé (deux villes proches de Baoro) sont arrivés vendredi soir à Baoro et sont allés interpeller un individu qu'ils ont froidement abattu en public sous l'accusation de collaboration avec les +anti-balakas+", milices paysannes d'auto-défense qui s'opposent aux exactions des ex-rebelles, a indiqué à l'AFP sous couvert d'anonymat cette source militaire.

Cet assassinat a provoqué la fuite pendant la nuit de "plusieurs milliers de personnes qui ont abandonné précipitamment leurs maisons pour se réfugier en brousse et dans les régions voisines", a affirmé la source.

"Cinq autres personnes suspectées par les ex-Séléka ont ensuite été rassemblées pour être exécutées. Mais, elles ont eu la vie sauve grâce au commandant de la brigade de gendarmerie de Baoro nouvellement installé et ses hommes qui ont engagé des négociations avec eux et les ont convaincus de laisser les présumés collaborateurs des +anti-balakas+ répondre de leurs actes devant la justice", a-t-on ajouté, précisant que le calme étaint revenu à Baoro samedi.

Peuplée de 20.000 habitants, en majorité musulmans, la sous-préfecture de Baoro est voisine de celle Bouar, où des affrontements entre ex-rebelles et milices "anti-balakas" ont fait près de 40 morts la semaine dernière.

Les exactions sans fin d'ex-rebelles contre la population ont provoqué des violences inter-communautaires qui menacent de prendre un tour religieux entre chrétiens, qui constituent la grande majorité de la population et dont certains s'organisent en milices armées, et musulmans, confession dont se revendiquent les combattants de l'ex-rébellion au pouvoir depuis le 24 mars.

AFP

Ses derniers articles: Angola: l'ex-président Dos Santos défend son fils et un ancien haut responsable  Les essaims de criquets en Afrique de l'Est atteignent le Soudan du Sud  RDCongo: au moins dix morts dans un nouveau massacre près de Beni 

homme

AFP

Homme d'affaires ou juriste? Les Tunisiens votent pour une présidentielle

Homme d'affaires ou juriste? Les Tunisiens votent pour une présidentielle

AFP

"Maîtresse d'un homme marié", la série qui met

"Maîtresse d'un homme marié", la série qui met

AFP

Algérie: un nouvel homme d'affaires puissant placé en détention

Algérie: un nouvel homme d'affaires puissant placé en détention

fuite

AFP

Centrafrique: la police patrouille

Centrafrique: la police patrouille

AFP

Un serpent met des parlementaires nigérians en fuite

Un serpent met des parlementaires nigérians en fuite

AFP

Libye:

Libye:

population

AFP

En Algérie, une présidentielle dont la population ne veut pas

En Algérie, une présidentielle dont la population ne veut pas

AFP

Dans le nord du Mozambique, la population sous la terreur des jihadistes "fantômes"

Dans le nord du Mozambique, la population sous la terreur des jihadistes "fantômes"

AFP

Au Zimbabwe en crise, des cliniques gratuites au secours d'une population aux abois

Au Zimbabwe en crise, des cliniques gratuites au secours d'une population aux abois