mis à jour le

«Rien n'est clair !». C'est ainsi que justifie le premier secrétaire du FFS, Ahmed Betatache, le silence de son parti sur l'élection présidentielle de 2014. Interrogé en marge des travaux de la convention nationale sur l'énergie, organisée jeudi dernier à Alger, il a affirmé que sa «formation ne dispose pas encore d'éléments d'information pouvant enclencher un débat au sein de ses instances autour de la présidentielle». «Pour réunir les instances du parti, il faut leur présenter des éléments d'information, mais pour le moment on n'a rien. Qu'est ce que je vais dire aux militants ?», a-t-il déclaré. Le FFS reste, rappelons-le, l'un des rares partis qui n'ont pas encore affiché leur position concernant la révision de la Constitution, le rendez-vous électoral de 2014 et la maladie du président Bouteflika.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien