mis à jour le

Alger regrette le rappel "injustifié" de l'ambassadeur marocain

L'Algérie "prend note avec regret" de la décision "injustifiée" de Rabat de rappeler son ambassadeur à  Alger, pour protester contre des propos du président Abdelaziz Bouteflika sur le Sahara occidental, a indiqué jeudi le ministère des Affaires étrangères. 

"Cette décision injustifiée constitue une escalade malencontreuse qui s'appuie sur des motifs fallacieux et attentatoires à la souveraineté de l'Algérie", a précisé le ministère dans un communiqué transmis à l'AFP, au lendemain du rappel par le Maroc de son ambassadeur à Alger.

L'Algérie "maintient en place l'ensemble de ses missions diplomatique et consulaires dans le Royaume du Maroc ainsi que les chefs des dites missions", a ajouté le ministère.

Le rappel de l'ambassadeur marocain est intervenu dans un contexte de tensions renouvelées entre les deux pays, dont les relations sont affectées de longue date par le conflit du Sahara occidental, une ex-colonie espagnole contrôlée par le Maroc mais revendiquée par les indépendantistes du Polisario avec le soutien d'Alger.

Dans un discours lu en son nom lundi par le ministre algérien de la Justice Tayeb Louh, M. Bouteflika avait jugé "plus que jamais d'actualité" la mise en place d'un mécanisme international de surveillance des droits de l'Homme au Sahara occidental.

"La position de principe de l'Algérie sur le nécessaire parachèvement de la décolonisation du Sahara Occidental n'a jamais varié et le discours prononcé à Abuja par le Ministre de la Justice, ne fait que rappeler la constance de cette position qui est non seulement connue mais est largement soutenue par l'Union Africaine, le Parlement Européen ainsi que par de nombreux autres acteurs internationaux", a précisé le ministère algérien.

Ce dernier a estimé que "la campagne ininterrompue de dénigrement de l'Algérie, menée avec acharnement par une partie de la classe politique marocaine, relayée et amplifiée par les médias publics de ce pays, est contraire aux relations de fraternité, de coopération et de bon voisinage entre les deux pays".

L'agence marocaine MAP a notamment écrit mercredi soir  que M. Bouteflika "s'est adonné à son exercice favori de dénigrement du Maroc en envoyant à un rassemblement africain inféodé à sa thèse, une missive incendiaire faisant le procès injuste du Royaume du Maroc, présenté sous les pires traits d'un Etat spoliateur, diabolisé à merci".

L'Algérie "forme le ferme espoir que cet épisode malheureux dans le cours des relations algéro-marocaines pourra être contenu dans sa juste dimension et être rapidement dépassé", a souligné le ministère des Affaires étrangères.

L'exacerbation des tensions entre les deux pays intervient en outre après une nouvelle mission dans la région de l'émissaire  onusien  Christopher Ross, dans le but de sortir le dossier de l'impasse.

AFP

Ses derniers articles: Fifa: deux ex-dirigeants africains radiés  Mali: le procès du chef de l'ex-junte Sanogo renvoyé  Alger salue la coopération avec la Belgique sur les migrants 

Alger

AFP

Alger salue la coopération avec la Belgique sur les migrants

Alger salue la coopération avec la Belgique sur les migrants

AFP

Quatre médias français boycottent la visite de Manuel Valls

Quatre médias français boycottent la visite de Manuel Valls

AFP

Sahara occidental: Alger appelle Paris

Sahara occidental: Alger appelle Paris

marocain

AFP

La romancière Slimani défend les homosexuels sur un site marocain

La romancière Slimani défend les homosexuels sur un site marocain

AFP

JO-2016: le boxeur marocain remis en liberté provisoire

JO-2016: le boxeur marocain remis en liberté provisoire

AFP

Tour du Faso: victoire finale du Marocain Mouhssine Lahsaini

Tour du Faso: victoire finale du Marocain Mouhssine Lahsaini