mis à jour le

les Algériens ont aussi participé

En mobilisant leurs réseaux, les négociateurs : le Malien Iyad Ag Ghaly, chef d'Ançar Eddine, et le Burkinabé Mustapha Ould Chafii, les Algériens et les Qataris ont aussi participé à la libération des otages français d'Arlit. Si les otages français d'Arlit -- Pierre Legrand, Daniel Larribe, Thierry Dol et Marc Féret -- ont été libérés, comme le révèle le journal Le Monde, grâce au paiement d'une rançon de 20 millions d'euros, les Algériens et les Qataris ont aussi joué un rôle important dans les négociations. Surtout depuis que le dossier a été pris en charge, au printemps dernier, par Bernard Bajolet, directeur de la DGSE et ancien ambassadeur de France en Algérie, proche des services de renseignement algériens. «Il y a deux mois, les Qataris, qui entretiennent de bonnes relations avec les mouvements salafistes en Syrie et en Libye, sont intervenus à la demande des Français, et sont entrés en contact avec des cadres d'Ançar Eddine, affirme une source sécuritaire algérienne. Pour montrer leur bonne volonté, les autorités maliennes ont arrêté leurs recherches contre 20 combattants d'Ançar Eddine.» Cette décision a été interprétée comme un premier pas pour le chef du mouvement, Iyad Ag Ghaly, ancien leader de la rébellion touareg, qui a donc mobilisé ses réseaux, très importants dans tout le nord du Mali. Pendant ce temps, les Algériens, qui voient toujours d'un mauvais ½il l'intrusion du Qatar dans les affaires maghrébines, ont aussi mené une opération parallèle. «Il y a quelques jours, Mustapha Ould Chafii s'est rendu à Alger», assure un cadre des renseignements. Ce Mauritanien, conseiller du président burkinabé Blaise Compaoré, est aussi un homme d'affaires, «déjà sollicité lors des pourparlers précédents pour la libération d'otages au Mali». Toujours d'après les services de renseignement algériens, le chef terroriste Abou Zeid, responsable de l'enlèvement des otages français, a été tué en mars dernier lors d'une opération pour libérer les otages, qui visait précisément son groupe, la katiba Tariq Ibn Zyad. Les négociations ont été menées par son successeur, l'Algérien Saïd Abou Moughatil, et le Tunisien Abou Mohamed, un cadre du groupe, qui maîtrise plusieurs langues et auquel Abou Zeid avait souvent recours lors des négociations. Cette même source avance que la libération des otages s'est faite en contrepartie de la libération de deux groupes terroristes d'Aqmi prisonniers au Mali, dans les prisons de Gao.  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

Algériens

AFP

Mort de Droukdal: "la fin du règne" des jihadistes algériens au Sahel (expert)

Mort de Droukdal: "la fin du règne" des jihadistes algériens au Sahel (expert)

AFP

Concert virtuel d'artistes algériens pour soutenir les prisonniers du "Hirak"

Concert virtuel d'artistes algériens pour soutenir les prisonniers du "Hirak"

AFP

"Hirak": les Algériens défient dans la rue le coronavirus

"Hirak": les Algériens défient dans la rue le coronavirus

libération

AFP

Des centaines de Maliens réclament la libération du chef de l'opposition enlevé

Des centaines de Maliens réclament la libération du chef de l'opposition enlevé

AFP

Tunisie: 3e jour de manifestation pour réclamer la libération d'un militant

Tunisie: 3e jour de manifestation pour réclamer la libération d'un militant

AFP

Algérie: la justice rejette la demande de libération du journaliste Khaled Drareni (ONG)

Algérie: la justice rejette la demande de libération du journaliste Khaled Drareni (ONG)

otages

AFP

Mali: deux otages occidentaux enlevés au Burkina retrouvés vivants au Mali

Mali: deux otages occidentaux enlevés au Burkina retrouvés vivants au Mali

AFP

Otages de jihadistes au Nigeria: "une torture psychologique indescriptible"

Otages de jihadistes au Nigeria: "une torture psychologique indescriptible"

AFP

Nigeria: quatre otages enlevés en juillet exécutés par des jihadistes

Nigeria: quatre otages enlevés en juillet exécutés par des jihadistes