mis à jour le

Centrafrique: 40 morts dans les combats entre ex-rebelles et milices

Les combats, samedi, entre milices paysannes d'"auto-défense" et ex-rebelles désormais au pouvoir ont fait près de 40 morts près de Bouar, dans l'ouest de la Centrafrique, d'après un nouveau bilan communiqué par une source militaire mardi.

"Le dernier bilan des combats de samedi dernier entre milices d'auto-défense et ex-rebelles ont fait près de 40 morts, dont au moins 35 dans les rangs des miliciens, et plusieurs blessés", a indiqué la source proche du commandement militaire centrafricain.

Un précédent bilan, dimanche, faisait "état de 12 morts", selon la même source.

Tôt samedi, les milices "munies d'armes de guerre et de machettes" avaient encerclé Bouar, ville située à environ 400 km au nord-ouest de Bangui, dans une région considérée comme acquise à l'ex-président François Bozizé, a expliqué cette source.

M. Bozizé avait été renversé le 24 mars par la coalition rebelle Séléka de Michel Djotodia, investi le 18 août président de transition.

"Ils nous ont attaqués avec des RPG 7 (lance-roquettes) et des Kalachnikov (fusils d'assaut), ainsi que des fusils de fabrication locale", a expliqué à l'AFP un colonel de l'ex-Séléka blessé et transféré à Bangui, Al Goni Moussa.

"Les combats ont duré plus de 2 heures. Nous avons repoussé les anti-balakas (milices d'autodéfense). Leur chef, François alias "Bokassa" a été tué, son frère et son fils aussi ont été tués", a affirmé l'ancien rebelle.

D'après la source militaire, le bilan pourrait encore "s'alourdir, vu l'intensité des combats qui ont suivi l'attaque de la base des ex-Séléka et l'aérodrome de Bouar par les milices d'auto-défense".

"Il s'agit bien d'une rébellion qui se met en place. Ceux qui sont derrière cette rébellion ont revendiqué d'ailleurs les attaques de Bossangoa et Bouca", dans le nord-ouest du pays, a commenté sous couvert d'anonymat une source à la présidence centrafricaine.

Début septembre, les attaques de ces milices paysannes surnommées "anti-balakas", jusqu'alors inconnues, avaient fait près de 100 morts dans la région de Bossangoa.

Les exactions sans fin d'ex-rebelles ont provoqué des violences inter-communautaires qui menacent de prendre un tour religieux entre chrétiens, qui constituent la grande majorité de la population, et musulmans.

Les combattants qui formaient les rangs de l'ex-rébellion se revendiquent de confession musulmane et M. Djotodia est le premier président musulman de l'histoire du pays.

AFP

Ses derniers articles: Le roi du Maroc se pose en défenseur des intérêts de l'Afrique  Inondations en Sierra Leone: 499 morts, selon la morgue centrale  Afrique du Sud: la justice autorise des enchères de cornes de rhinocéros 

morts

AFP

Des manifestations de l’opposition réprimées au Togo, deux morts

Des manifestations de l’opposition réprimées au Togo, deux morts

AFP

Inondations en Sierra Leone: le nombre de morts dépasse les 400

Inondations en Sierra Leone: le nombre de morts dépasse les 400

AFP

Freetown enterre ses morts après des inondations catastrophiques

Freetown enterre ses morts après des inondations catastrophiques

combats

AFP

RDC: deux officiers tués dans des combats contre des rebelles ougandais

RDC: deux officiers tués dans des combats contre des rebelles ougandais

AFP

Soudan du Sud: confusion dans un hôpital de campagne après des combats

Soudan du Sud: confusion dans un hôpital de campagne après des combats

AFP

Est de la RDC: l'ONU dénombre 80.000 déplacés en six jours de combats

Est de la RDC: l'ONU dénombre 80.000 déplacés en six jours de combats

milices

AFP

Centrafrique: négociations sans précédent en vue du désarmement des milices

Centrafrique: négociations sans précédent en vue du désarmement des milices

AFP

Ghana: les milices font pression dans un climat post-électoral tendu

Ghana: les milices font pression dans un climat post-électoral tendu

AFP

Soudan du Sud: de nouvelles milices ont vu le jour

Soudan du Sud: de nouvelles milices ont vu le jour