mis à jour le

Drapeau du Ku Klux Klan.  REUTERS/Jessica Rinaldi
Drapeau du Ku Klux Klan. REUTERS/Jessica Rinaldi

L'adolescente noire qui a sauvé l'homme au tatouage SS

La BBC revient sur un image forte: celle d'une adolescente qui se jette sur un homme pour le protéger d'une foule qui le soupçonne d'appartenir au Ku Klux Klan.

La foule est prête à en découdre avec l' homme qu'elle soupçonne d'appartenir à l'organisation suprématiste blanche Ku Klux Klan. Le suspect est à terre. Il aurait tous les attributs du militant raciste: les vêtements, le drapeau et un tatouage SS sur le bras. Mais Keshia Thomas, une adolescente noire présente lors de cette manifestation anti-Ku Klux Klan dans la ville de Ann Arbor, refuse de lyncher une personne au nom de ses idées. Elle se jette sur l'homme et le protège ainsi de la foule chauffée à blanc. Cette image datée du mois de juin 1996 inspire encore des gens aujourd'hui, lit-on sur le site de la BBC.

Keshia Thomas se souvient de la rapidité avec laquelle l'homme a été mis à terre et tabassé à coups de bâtons en bois et de pancartes. «Tuez le nazi», criaient des manifestants.

«Quand les gens sont dans une foule, ils sont plus susceptibles de faire des choses qu'ils ne feraient jamais en tant qu'individu. Quelqu'un a dû sortir du peloton et dire "ce n'est pas juste"

La jeune adolescente s'est donc jetée sur une personne qu'elle ne connaissait pas pour le sauver des griffes de ses camarades, tient à résumer la BBC. Comme pour rappeler le caractère exceptionnel du geste de Keshia Thomas.

«Je savais ce que c'était d' être blessée, dit-elle. Les nombreuses fois où cela s'est produit , je souhaitais que quelqu'un se lève pour moi.»

Keshia Thomas avait à peine 18 ans quand le Ku Klux Klan , l'organisation suprématiste, organise un rassemblement dans sa ville natale, dans le Michigan.

Lu sur la BBC

 

 

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes  Une télé marocaine maquille des femmes victimes de violences conjugales  Surprise, les mosquées marocaines s'engagent contre le changement climatique