mis à jour le

Prison de Robben Island, 2009. REUTERS/Siphiwe Sibeko
Prison de Robben Island, 2009. REUTERS/Siphiwe Sibeko

Afrique du Sud: des prisonniers soumis à des chocs électriques et des injections forcées

Une récente vidéo montre que des prisonniers de l'une des prisons les plus dangereuses d'Afrique du Sud sont maltraités.

Par delà les rancoeurs liées à la période coloniale, la Grande Bretagne et l'Afrique du Sud demeurent des partenaires économiques et politiques de premier plan. C'est une sombre affaire mêlant la firme britannique G4S et le personnel d'une prison sud africaine qui vient nous le rappeler. Comme le rapporte la BBC, les employés de l'une des prisons les plus dangereuses d' Afrique du Sud, dirigée par une société britannique, ont été accusés de violenter les prisonniers, notamment à coups de décharges éléctriques.

 

L'incrimination repose sur l'existence d'une vidéo, que la BBC a pu se procurer, et au cours de laquelle on entend des clics électriques et des hurlements. On y voit également un prisonnier résister à la prise d'un médicament. Un ancien détenu a confié à la BBC que les décharges électriques ont été utilisées comme une arme de «torture». Un garde de sécurité aurait même été limogé pour excès de zèle: il jettait de l'eau sur les détenus pour accroître l'impact de la décharge.

Un avocat proche du dossier parle sans ambage d'une culture de l'impunité au sein du personnel de la prison. La partie civile impute à la firme britannique une recrudescence des violences sur fond de conflit entre le personnel et la direction.

De leur côté, les autorités africaines ont annoncé qu'elles ouvraient une enquête et qu'elles reprenaient la direction de la prison le temps de l'investigation.

Ces méthodes rappellent celles utilisées par les Etats-unis dans la prison de Guantanamo. Un récent film d'animation montrait la brutalité avec laquelle les prisonniers en grève de la faim avaient été traités.

 

Lu sur BBC

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Le chef du renseignement du Nigeria cachait 43 millions de dollars chez lui  Le chômage des jeunes est un problème partout en Afrique, sauf dans un pays  Les pirates somaliens sont de retour dans le business d'otages