mis à jour le

La commémoration de l’exécution de la martyre Zoulikha était chargée d’émotion

L'amphithéâtre du CFPA de Cherchell aura vécu des moments chargés d'émotion, lors de la commémoration du 56ème anniversaire de l'exécution de la martyre Oudaï Yamina dite « Zoulikha ». Responsables de l'A.L.N au niveau de la wilaya IV, Boualem Benhamouda et Ghebalou Ahmed connu sous le pseudonyme « Hamimed » se sont relayés pour présenter un véritable cours d'Histoire relatif à la lutte du peuple algérien, depuis les révoltes, les déportations, jusqu'au déclenchement de la guerre de  libération nationale, des récits chronologiques de surcroit très riches en faits authentiques. Les deux conférenciers avaient convergé par la suite sur l'objet de la rencontre. Il s'agit du parcours de l'héroïne Yamina Oudaï née Chaib, native de Hadjout (07 mai 1911) jusqu'au jour de son exécution par les militaires français le 25 octobre 1957, dans l'arrière pays de la ville garnison, Cherchell. La belle dame, Yamina Oudaï , épouse d'un chahid et mère d'une chahid demeure l'unique responsable politico-militaire de l'A.L.N. Elle avait abandonné ses 2 fils et sa fille en bas âge pour rejoindre le maquis. C'est une algérienne très attachée à son pays et à son peuple. Pour Benhamouda Boualem, « Sa franchise, sa vitalité, son courage, son sang froid, sa disponibilité, auront fait de cette femme exceptionnelle, une responsable politico-militaire qui avait su diriger les hommes et les femmes durant les moments difficiles de la Révolution. Elle avait su maintenir le moral des citoyens pour continuer à résister et à lutter contre le colonialisme. Si les militaires se sont acharnés contre elle jusqu'à son exécution il y a 56 ans, c'est parce qu'ils savaient, qu'ils avaient à faire à une grande responsable qui n'a pas fléchi jusqu'à son dernier souffle. C'est une femme qui aurait bien s'occuper de toutes ces affaires qui éclaboussent la scène politique et économique nationale, car elle n'a pas peur de dire la vérité », conclut l'ex Secrétaire Général du F.L.N. Ghebalou Hamimed qui avait côtoyé le couple de Chouhadas, Yamina Oudaï et Hadj Ahmed Oudaï, a rappelé à l'assistance, dans un silence religieux, l'intelligence et la patience de cette femme algérienne, l'unique responsable politico-militaire durant la guerre de libération nationale, qui a réussi à mobiliser les femmes autour de la Révolution et a su créer un système et une mécanique pour mener une guerre sans merci contre l'occupant français, en dépit des moyens matériels insuffisants. « Discrète et imposante dans ses démarches, cette 1ère femme algérienne responsable politico-militaire de l'A.L.N très respectée par les djounouds et les femmes, gérait avec clairvoyance toute les opérations militaires, grâce à ses réseaux », déclare l'orateur. A titre indicatif ; Ghebalou Hamimed fait partie du petit groupe de 21 étudiants qui composaient les 5 cellules à Alger sous la responsabilité du moudjahed Gaid Tahar également membre fondateur de l'UGTA. Sur ordre d'Abane Ramdane, ces 21 étudiants avaient rejoint le maquis, avant l'appel du FLN aux étudiants (19 mai 1956, ndlr). Lors de cette conférence commémorative, Ghebalou Hamimed n'a pas pu contenir ses larmes. Il a terminé son intervention en sanglots sous les applaudissements d'une assistance émue. « Trop d'émotion aujourd'hui, il est difficile de continuer et de supporter toute la charge de cette émotion », nous confie Boualem Benhamouda. Une autre moudjahida, très active durant la Révolution a donné naissance à une fille en pleine forêt. Cette femme témoin dont nombreux sont les moudjahiddines qui craignaient ce bout de femme, car elle crache les mots crus pour décrire les situations vécues par le peuple durant la guerre de libération nationale. Si Djelloul Ben Miloud, un des héros de la wilaya IV, avait chargé cette femme dénommée, « hélicoptère » pour mener plusieurs missions. La mort de Si Djelloul Ben Miloud demeure énigmatique. Il est un chahid depuis le mois de mars 1962. L'Association des Journalistes de la wilaya de Tipasa avait organisé cette manifestation à laquelle avaient assisté nombreux jeunes collégiens et stagiaires des CFPA de Menaceur et de Cherchell, afin de faire sortir de l'anonymat l'une des héroïnes algériennes oubliées, au moment où l'Algérie officielle s'apprête à célébrer le 59ème anniversaire du déclenchement de la Révolution.                                                                                                                  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

commémoration

Adam Sfali - Lemag

Egypte : Le ministre marocain de la défense a assisté

Egypte : Le ministre marocain de la défense a assisté

Adam Sfali - Lemag

Egypte : Le ministre marocain de la défense a assisté

Egypte : Le ministre marocain de la défense a assisté

Actualités

Départ de la manifestation de commémoration du 40ème jour du décès du martyr Md Brahmi

Départ de la manifestation de commémoration du 40ème jour du décès du martyr Md Brahmi