mis à jour le

Somalie: un journaliste succombe

Un journaliste somalien grièvement blessé par balles par des tireurs non identifiés à Mogadiscio a succombé samedi soir à ses blessures, ont annoncé dimanche des proches et confrères.

Sa mort porte à sept, au moins, le nombre des professionnels des médias tués en Somalie depuis le début de l'année.

Mohamed Mohamud Timacade, journaliste de la chaîne en langue somali Universal TV, basée à Londres, avait été touché mardi par plusieurs projectiles, notamment au cou, selon la police. Les tireurs avaient arrêté son véhicule et l'avaient arrosé de balles, selon ses collègues.

Touché six fois au torse, il avait été admis à l'hôpital Medina de la capitale somalienne, spécialisé dans la chirgurgie d'urgence.

"Mon frère est mort à l'hôpital Medina la nuit dernière, de ses blessures par balle, nous lui souhaitons de reposer au ciel", a dit son proche, Fadumo Abdirahman, à l'AFP.

"Sa mort nous touche tous, je lui ai rendu visite il y a quelques heures et il avait l'air d'aller mieux, il parlait aux gens et pouvait les idenfifier, mais malheureusement il est mort dans la soirée", a ajouté Sahro Ise, un journaliste travaillant pour une télévision locale.

"Nous sommes vraiment choqués par cette mort, mais cet acte barbare, visant à réduire au silence les messagers, ne nous dissuadera pas, nous continuerons la lutte", a renchéri un autre confrère, Farah Abdi.

En 2012, année la plus meurtrière pour la presse somalienne, 18 de ses membres avaient été assassinés ou avaient péri dans des attentats.

Les assassinats de journalistes sont souvent attribués aux insurgés islamistes shebab mais peuvent aussi être liés à des règlements de compte entre les multiples factions claniques qui fragmentent la Somalie, privée de réelle autorité centrale depuis la chute du président Siad Barre en 1991 et plongée depuis dans le chaos et la guerre civile.

Les assassins de journalistes ne sont quasiment jamais identifiés. Alors que Reporters sans frontières (RSF) estime qu'une cinquantaine de journalistes ont été tués au cours des six dernières années, une seule personne a été traduite en justice pour le meurtre d'un journaliste.

Dimanche, le Syndicat national des journalistes somaliens a appelé le gouvernement somalien à "mettre fin à l'impunité et à traduire les assassins en justice".

AFP

Ses derniers articles: Le président soudanais, en Russie, demande une protection contre les Etats-Unis  Zimbabwe: redresser l'économie, priorité des priorités  Centrafrique: une sépulture 

journaliste

AFP

Journaliste tué au Burkina: François Compaoré laissé libre en France avant l'examen de son extradition

Journaliste tué au Burkina: François Compaoré laissé libre en France avant l'examen de son extradition

AFP

Burkina: l'assassinat du journaliste Norbert Zongo

Burkina: l'assassinat du journaliste Norbert Zongo

AFP

Journaliste tué au Burkina : le frère de Compaoré arrêté en France

Journaliste tué au Burkina : le frère de Compaoré arrêté en France

blessures

AFP

Les blessures physiques mais aussi invisibles des migrants

Les blessures physiques mais aussi invisibles des migrants

AFP

Corneille dévoile pour la première fois ses blessures dans un livre

Corneille dévoile pour la première fois ses blessures dans un livre

AFP

Mali: mort de deux soldats Français des suites de leurs blessures

Mali: mort de deux soldats Français des suites de leurs blessures

Mogadiscio

AFP

Somalie: les attentats les plus meurtriers

Somalie: les attentats les plus meurtriers

AFP

Fin du siège mené par les shebab dans un hôtel de Mogadiscio

Fin du siège mené par les shebab dans un hôtel de Mogadiscio

AFP

Somalie: deux explosions

Somalie: deux explosions