mis à jour le

-Des propriétaires de douéra pointent du doigt les entrepreneurs. Ils disent que ces derniers ont commencé, mais ont abandonné les travaux. Ils pensent même à des détournements de fonds. Quelle est votre version ? C'est faux. Il y a certes des entreprises qui ont démarré et ont arrêté les travaux. Certaines n'avaient pas d'argent pour continuer, pour d'autres la convention n'a pas encore été dégagée. Mais ces entreprises sont rares. Il existe des malfaçons, mais elles ne dépassent pas les 1%. S'il n'y a pas signature de convention avec les entreprises, aucun sou n'est donné, ceci pour dire qu'il n'y a pas de surfacturation. Par contre, j'évoque des contraintes. Les squatteurs font tout pour nous interdire d'entrer dans les maisons. Ils provoquent des effondrements pour demander des logements. Certains ont été relogés puis sont revenus dans La Casbah pour demander un nouveau logement. L'Etat relogeait, mais a fini par démasquer l'astuce. -Quel est le montant des budgets alloués pour le plan de sauvegarde ? Je vous accueille aujourd'hui en pleine réunion de travail, en présence des architectes et des responsables de zone, pour vous démontrer que nous travaillons en toute transparence. Le plan de sauvegarde de La Casbah concerne 1816 maisons dégradées. Nous avons donc entamé un travail d'urgence. Les travaux ont démarré en 2008. La première phase a concerné 394 maisons, dont 66 dossiers ont été refusés. Le budget dégagé a atteint 908 millions de dinars pour la période de 2008 à 2011. Une deuxième phase de travaux était cependant nécessaire. Elle a concerné 323 autres maisons de 2012 à aujourd'hui. Le budget alloué est de 650 millions de dinars. Ce sont des travaux d'urgence, pour arrêter l'hémorragie des effondrements et les fuites d'eau. Les travaux de restauration n'ont pas encore été lancés. Nous avons 24 bureaux d'études, avec des architectes qualifiés par le ministère de la Culture, qui chapeautent 5 à 6 entreprises. -Des propriétaires disent que les poutres originelles ont été enlevées et remplacées par des madriers, ce qui ne répond pas à l'architecture ancienne... Dans le cas où l'ancienne poutre est fragilisée à ses extrémités nous posons des madriers, donc un plancher, mais de manière provisoire. Les rondins originaux sont stockés. Une fois les travaux de restauration lancés, fin décembre 2013 (qui nécessitent d'énormes budgets), ces madriers seront remplacés par des poutres et des plafonds répondant aux normes authentiques. Nous commencerons par les cas les plus urgents. Des conventions seront signées. Le propriétaire n'aura pas le droit de vendre pendant une certaine période et seul l'Etat pourra acheter. -Mais pourquoi ces accusations ? Rien n'est vrai dans tout cela. Nous sommes quotidiennement sollicités. Avant d'entamer les travaux, nous nous retrouvons face à différents types de personnes. Il y a ceux qui coopèrent, d'autres pas, certains sont quasiment négatifs. Ces derniers sont en majorité des squatteurs qui n'ont aucun document ou des locataires non réguliers qui possèdent des reçus de l'époque coloniale. Il y a une catégorie de gens qui refusent les travaux, d'autres demandent que tout soit nouveau. Des personnes imposent aux entreprises ce qu'elles veulent, par exemple refaire la faïence ou utiliser du ciment. Les entreprises ont des contrats, alors des habitants demandent un surplus aux entrepreneurs. Rappelons que les permis de construire à La Casbah n'ont pas été délivrés depuis 20 ans. Des personnes ont donc érigé des constructions illicites.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

restauration

AFP

Egypte: "deux mois" pour finir la restauration du masque de Toutankhamon

Egypte: "deux mois" pour finir la restauration du masque de Toutankhamon

AFP

L'Egypte s'apprête

L'Egypte s'apprête

Nabil

Promotion des écoles d'hôtellerie et de restauration au Burkina : Baba Hama en visite de courtoisie au CFP-Valba

Promotion des écoles d'hôtellerie et de restauration au Burkina : Baba Hama en visite de courtoisie au CFP-Valba

été

AFP

CAN-2017: pour Joseph-Antoine Bell, le tirage "n'a jamais été aussi bon" pour le Cameroun

CAN-2017: pour Joseph-Antoine Bell, le tirage "n'a jamais été aussi bon" pour le Cameroun

AFP

Mali: libération d'un animateur radio dont la détention a été marquée par de violents heurts

Mali: libération d'un animateur radio dont la détention a été marquée par de violents heurts

AFP

Mali: enquête ouverte sur l'attaque

Mali: enquête ouverte sur l'attaque