mis à jour le

Outrage par-ci, outrage par-l

Cher Wambi,

A  pluies tardives, fin de campagne agricole prématurée ? C'est, hélas, la conclusion de ton oncle Patarbtaalé dont le champ, jauni par un soleil sans remord, n'a pu tenir la moindre promesse cette année. Des lendemains incertains en perspective donc pour cet infortuné qui, une fois de plus, devra tendre la cébile pour nourrir sa famille. Les oiseaux migrateurs, eux, n'ont point demandé leurs restes, qui ont déjà repris le chemin du retour vers le nord  lointain, au moment même où l'harmattan s'installe dans la cité avec son cortège de malheurs que sont la poussière, le rhume et le paludisme nouvelle formule, qui ne cesse de faire des ravages, face à l'impuissance désormais avouée des toubibs.