mis à jour le

Présidentielle : nouveaux interdits au nom de la

Face à l'absence d'un scénario consensuel pour 2014, le régime panique et tente de se protéger en menaçant et en réprimant toute forme de contestation. Une réaction récurrente avant chaque rendez-vous électoral, accentuée cette fois-ci par les dissensions entre les différents centres du pouvoir.  Aucune contestation possible. A six mois d'une élection présidentielle qui s'annonce tragicomique, alors que les rumeurs se contredisent chaque jour sur la présentation -ou pas - du président Bouteflika à un 4e mandat, sans qu'aucun candidat sérieux ne se soit encore déclaré, voilà le seul message clair qu'envoie le pouvoir. Cette semaine, le juge d'instruction du tribunal de Sidi M'hamed a refusé de remettre en liberté le jeune Abdelghani Aloui, coupable d'avoir caricaturé le chef de l'Etat sur facebook. Depuis plusieurs jours, les attaques contre le mouvement des chômeurs se font aussi plus violentes dans les journaux qui servent de relais au régime. La semaine dernière, un chroniqueur d'El Khabar s'est vu officiellement menacé par - c'est une grande première - le ministère de la Défense, particulièrement réactif depuis les changements opérés par la présidence dans l'organigramme du DRS. L'armée qui, depuis juin dernier et son avertissement à Mohamed Mechati en juin dernier, en est à son troisième tir de semonce. «En clair, l'armée, en proie elle aussi à des tensions internes, entre DRS et CEM, entre générations d'officiers, etc., réagit promptement à ceux qui diagnostiquent ses vrais problèmes. En plus, Gaïd Salah se voit aujourd'hui tout puissant, il ne supporte plus qu'on le critique», note un ancien haut cadre de l'Etat. Fièvre Si le système tient à ce point à contrôler son image, c'est, de l'avis de ceux qui gravitent plus ou moins près de son noyau, parce qu'«il a peur». D'abord parce que Liamine Zeroual ayant refusé de se présenter (et de gagner), les différents courants n'arrivent pas à dégager un horizon clair pour 2014. «Ils sont traversés par le doute car ils n'ont pas beaucoup d'options. Ils sont condamnés à espérer que le Président soit capable de tenir le coup, résume Abderrazak Makri, leader du MSP. Ce régime n'a pas beaucoup de temps pour fabriquer un candidat car il a été pris de court par l'hospitalisation.» Ensuite parce qu'il veut à tout prix éviter que les dissensions internes soient rendues publiques. Un ancien haut fonctionnaire de l'Etat, habitué aux accès de fièvre autoritaire du système, qui promet «encore plus de fermeture» pour les prochains mois, considère que les prémisses d'un verrouillage se devinaient déjà dans le remaniement du gouvernement en septembre dernier. «Nommer à la tête des trois ministères en communication avec l'étranger - la Communication, les Affaires étrangères, les Affaires maghrébines - des hommes du système, qui dépassent le paradigme pro ou anti-Bouteflika, est très révélateur. Messahel, Lamamra et Bouguerra ont été placés là pour faire en sorte que l'Algérie garde son image de pays stable, et rendre séduisante l'idée d'un quatrième mandat pour Bouteflika.» (voir encadré). Louisa Dris-Aït Hamadouche, politologue, estime que «le pouvoir ne peut plus faire ce qu'il veut». «Pour survivre et se perpétuer, explique-t-elle, il a besoin de montrer que c'est un régime fréquentable, politiquement correct, qui sait, le moment venu, s'adapter.» Soubresauts Autant dire que le dernier rapport du Comité international de soutien au syndicalisme autonome algérien (CISA) et le rapport de RSF, recalant l'Algérie de trois rangs, sont très mal tombés. Le premier rappelle que la «politique sociale» du pouvoir est constante : «Contrôler et limiter la parole et les actes de celles et ceux qui, dans les syndicats autonomes, agissent pour plus de liberté et de démocratie dans le pays.» Et d'insister : «L'élection présidentielle prévue en mai 2014 et les soubresauts qui lui sont liés (maladie du Président, scandales de corruption, man½uvres des différents clans du pouvoir pour conserver leur hégémonie et accaparer la rente pétrolière...) ont des retombées directes sur la gestion de la force de travail par le régime, peut-on lire. Le contexte régional même (frontières fragiles avec pratiquement tous les pays avoisinants) et la montée des différents mouvements sociaux impliquent que le pouvoir devra choisir entre une répression violente, qui fragilisera encore plus le corps social, et une intégration-cooptation mesurée des organisations syndicales autonomes.» Le second, qui attribue à Algérie une 125e place, dans le bas du tableau qui en compte 179, explique ce recul par la «multiplication des agressions à l'encontre des professionnels de l'information, et l'augmentation des pressions économiques sur les médias indépendants. Plus d'un an après le vote par le Parlement algérien d'une nouvelle loi sur l'information, censée abolir le monopole de l'audiovisuel public, l'autorité de régulation, préalable indispensable, n'a pas encore été instituée. Aucune chaîne de droit privé algérien n'a pu voir le jour. La nouvelle législation reste donc théorique, un simple effet d'annonce.» Pour contrôler son image, le pouvoir ne le sait que trop bien depuis les révoltes arabes, il faut aussi contrôler l'information sur les réseaux sociaux. Azerbaïdjan L'affaire Abdelghani Aloui, inconnu, envoyé en prison pour des photomontages publiés sur sa page facebook, en est une parfaite illustration. Et devant la mobilisation des réseaux de défense des droits de l'homme, le régime a trouvé la parade : le faire passer pour un islamiste. «Une façon sûre de calmer les Occidentaux, reconnaît même un diplomate. C'est pour cela qu'à leurs yeux, l'Algérie ne sera jamais l'Azerbaïdjan ou la Russie.» Et le moment venu, il saura promouvoir la 3G, même s'il est l'un des derniers pays au monde à la lancer. «On est dans la définition d'un régime semi-autoritaire, résume Louisa Dris Aït Hammadouche, qui réprime d'un côté mais offre de l'autre des ressources pour maintenir les équilibres. Il se permet des ouvertures tout en gardant une marge de man½uvre pour que la structure du régime politique ne change pas. C'est une des raisons pour lesquelles l'Algérie, le Maroc ou encore la Jordanie ont pu résister aux turbulences régionales.» Les campagnes de dénigrement, le Comité national pour la défense du droit des chômeurs connaît bien. Deux de ses leaders, Tahar Belabès et Yahia Bounouar, en font les frais ces derniers jours, taxés de «traîtres» par un quotidien privé pro-régime reprenant à son compte la rengaine du «complot international». Des menaces et des insultes reprises par Saïda Benhabilès, ancienne ministre, «qui se présente comme membre actif de la société civile, mais qui a toujours brillé dans les forums internationaux par sa verve faussement souverainiste contre les ''ennemis de l'Algérie''», précise un cadre du comité. Entre-temps, des groupes facebook ont aussi publié des vidéos diffamatoires calomniant la famille d'Abdelmalek Aïbek, autre leader du mouvement. «Ces attaques coïncident avec d'autres tentatives d'intimidations directes : man½uvres pour introduire un homme armé lors des sit-in, poursuites judiciaires et arrestations», relève, presque désabusé, Tahar Belabès. Le tour de vis s'applique également aux partis politiques. Le groupe des 14, qui réunit des formations opposées à la révision de la Constitution, faute d'avoir obtenu une autorisation de la wilaya, a été empêché de tenir une réunion début octobre à l'hôtel Essafir, à Alger.. Coupure d'électricité «Trois jours n'ont pas suffi à l'administration pour nous délivrer une autorisation alors que dans un autre cas, un parti politique (FLN, ndlr) a pu arracher une décision de justice et une autorisation en l'espace de deux heures seulement !», ironise Abderrezak Makri, qui a récemment connu une autre mésaventure lors de l'enregistrement d'un débat sur France 24 à Alger. «Nous nous trouvions dans un studio qui appartient à l'Etat, à Riad El Feth, quand soudain l'électricité s'est coupée», raconte-t-il. Un autre secteur, symbolique en tant qu'espace d'expression, vient de subir les frappes de l'Etat inquisiteur : le livre et l'édition. Le projet du livre et de l'édition, présenté par le ministère de la Culture, a été dénoncé par une bonne partie des professionnels du livre : «Si le projet de loi est adopté, il nous faudra une autorisation du ministère pour la moindre action culturelle, pour la moindre rencontre avec un auteur... sans parler des autorisations pour ouvrir une librairie !», s'insurge un éditeur. «Le régime ne veut pas basculer vers plus d'ouverture, constate Soufiane Djillali. Il a décidé de continuer d'appliquer le même fonctionnement et de favoriser le clientélisme grâce à l'argent des hydrocarbures. La légitimité de la compétence n'est là que pour gérer les choses au jour le jour - assurer le gaz, l'eau, l'électricité aux Algériens - mais pas pour gouverner.» Un ancien décideur estime aussi que «le risque de rater la transmission biologique entre les septuagénaires de la légitimité révolutionnaire et la génération technocrate toujours brimée est réel. A part l'allégeance, le système n'a pas su créer d'autre forme d'adhésion à son projet, que ce soit dans le civil ou le militaire. Il n'a pas su établir un rapport de raison avec les Algériens et a privilégié les rapports de force avec les citoyens.»  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

présidentielle

AFP

Ghana: le candidat de l'opposition remporte la présidentielle avec 53% des voix

Ghana: le candidat de l'opposition remporte la présidentielle avec 53% des voix

AFP

Les Ghanéens dans l'attente des résultats de la présidentielle

Les Ghanéens dans l'attente des résultats de la présidentielle

AFP

Présidentielle au Ghana: l'opposition retente sa chance

Présidentielle au Ghana: l'opposition retente sa chance

interdits

AFP

Tchad: l'opposition maintient ses rassemblements interdits avant l'investiture de Deby

Tchad: l'opposition maintient ses rassemblements interdits avant l'investiture de Deby

AFP

Burundi: les motos-taxis interdits au centre de Bujumbura après une journée de violences

Burundi: les motos-taxis interdits au centre de Bujumbura après une journée de violences

AFP

Nigeria: les chevaux interdits dans le nord-est après des attaques de Boko Haram

Nigeria: les chevaux interdits dans le nord-est après des attaques de Boko Haram

nom

AFP

Comores: le nom du futur président entre les mains de 6.000 électeurs

Comores: le nom du futur président entre les mains de 6.000 électeurs

AFP

En Libye, des tombes sans nom dans le cimetière des migrants noyés

En Libye, des tombes sans nom dans le cimetière des migrants noyés

AFP

Burkina: une avenue de Ouagadougou baptisée au nom du journaliste assassiné Norbert Zongo

Burkina: une avenue de Ouagadougou baptisée au nom du journaliste assassiné Norbert Zongo