mis à jour le

un scandale qui en cache un autre

Hier, 26 prévenus, dont 25 en détention préventive, en majorité des employés de Naftal, ont comparu devant le pôle judiciaire spécialisé près le tribunal de Sidi M'hamed (Alger) pour trafic de carburant. «Constitution d'association de malfaiteurs dans le but de commettre des crimes», «détournement de deniers publics», «abus de fonction», «faux et usage de faux» sont les principaux chefs d'inculpation retenus contre eux pour avoir fait partie d'un réseau de détournement de carburant qui, avec de fausses factures, dissipait des quantités importantes de carburant de la station Naftal située au Caroubier, pour être vendues à deux stations-service privées sises aux Annasser et à Ouled Fayet, dont les gérants sont également parmi les prévenus. C'est au début du mois de février dernier que les services de police, tendant une souricière, ont intercepté, à sa sortie de la station du Caroubier, un camion citerne contenant 27 000 litres de carburant avec de fausses factures. Le chauffeur, Sayeh Rachid, aurait avoué avoir été chargé par le principal prévenu, Nacer Mokhtar, un ancien employé de Naftal (réintégré par la force de la loi) de transporter le carburant de Caroubier vers les stations-service privées, avec de fausses factures qu'il a établies, en contrepartie de sommes d'argent. Bien sûr, l'opération ne pouvait avoir lieu sans une chaîne de complicités au sein de la station. Hier, Nacer Mokhtar a surpris l'assistance en avouant avoir scanné des factures pour assurer la sortie des camions citernes du Caroubier. Il ne pouvait pas nier car, lors de son arrestation, les policiers ont retrouvé des spécimens de factures scannées dans son micro-ordinateur. Il en est de même pour le chauffeur, Sayeh Rachid, qui a révélé au tribunal avoir subi des pressions, à l'intérieur de la prison, exercées par ses co-accusés qui exigeaient de lui de revenir sur ses propos. En fait, le chauffeur avait commis «l'impair» de dire que ce n'était pas la première fois qu'il assumait ce rôle de transporteur de carburant subtilisé de Caroubier. Tous les autres prévenus, entre agents de sécurité et chefs d'équipe, qui se sont succédé à la barre, ont nié les faits qui leur sont reprochés. Selon eux, les aveux devant la police, pour certains y compris devant le juge, ont été obtenus sous la pression. Mais leurs révélations, celles de l'expert et de l'auteur de l'audit interne ont levé le voile sur une gestion des plus archaïques des stocks de carburant de Naftal. Jusqu'à l'éclatement de cette affaire, cette grande compagnie qu'est Naftal n'avait pas de moyens techniques pour évaluer le volume des sorties et des entrées de carburants dans les fûts de stockage. Tout se faisait de manière manuelle. Les agents n'ont fait que profiter de cette faille. Pour certains avocats, le procès aurait dû être celui des dirigeants de Naftal. En début de soirée d'hier, le procès se poursuivait avec les questions posées par les avocats à quelques-uns des 43 témoins appelés à la barre. Nous y reviendrons dans le détail dans notre prochaine édition.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

scandale

AFP

Afrique du Sud: Zuma rembourse l'Etat dans le scandale de sa résidence privéee

Afrique du Sud: Zuma rembourse l'Etat dans le scandale de sa résidence privéee

AFP

Egypte: nouveau ministre sur fond de scandale de corruption

Egypte: nouveau ministre sur fond de scandale de corruption

AFP

Maroc: scandale autour du parti islamiste

Maroc: scandale autour du parti islamiste