mis à jour le

Nouvelles recrues du M23, dans l'est de la RDC/ Reuters
Nouvelles recrues du M23, dans l'est de la RDC/ Reuters

RDC: le casse-tête du pouvoir face au M23

Le pouvoir congolais peut-il, au nom de la paix, accorder l'amnistie aux chefs rebelles?

Décidément, la RDC a mal à ses «deux Kivu». Le principal malheur de ces deux régions réside dans leurs immenses richesses qui alimentent la concupiscence des pays voisins. Le Nord-Kivu notamment est le théâtre d’affrontements sanglants et récurrents entre le pouvoir central de Kinshasa et les différents groupes armés qui écument la région.

L’un des acteurs de cette tragédie dont les principales victimes sont les populations innocentes, est le M23. C’est dire tout l’espoir que les populations meurtries avaient placé dans les négociations de paix engagées depuis septembre dernier à Kampala entre les rebelles et le pouvoir de Kabila, sous le regard de la communauté internationale.

Dilemme

Kabila, au nom de la paix, peut-il faire table rase des atrocités commises par le M23 en accordant à ses chefs une amnistie globale?

Hélas! Ces négociations ont vite été bloquées en raison de trois points de divergence: l’amnistie globale réclamée par les rebelles, l’intégration de leurs éléments dans les forces armées nationales et la neutralisation des forces dites négatives qui font de cette partie du pays, une zone de non-droit où elles sèment le viol, la terreur et la mort.

Il faut tout de suite dire que le gouvernement, instruit certainement par le passé, est face à un véritable dilemme. Kabila, au nom de la paix, peut-il faire table rase des atrocités commises par le M23 en accordant à ses chefs une amnistie globale? Il se pose là un véritable problème d’éthique politique et l’on peut comprendre de ce point de vue le refus catégorique de Kinshasa d’amnistier globalement des Congolais qui se sont illustrés dans des actes qui révulsent la conscience humaine.

L’on peut inversement se poser la question de savoir comment les rebelles du M23 peuvent réellement s’investir entièrement dans la recherche de la paix sous la menace d’être traduits devant les juridictions congolaises et internationales. En tous les cas, le nécessaire climat de confiance qui doit être celui des pourparlers de Kampala passe par des compromis et des concessions des parties en présence. Mais compromis n’est pas compromission.

C’est pourquoi d’ailleurs l’on peut être curieux de savoir pourquoi les forces onusiennes, dont le nombre est impressionnant en RDC et qui ont de surcroît mandat d’engager des actions offensives, n’ont pas profité de la mauvaise posture dans laquelle se trouvait le M23 pour trancher la tête de la pieuvre.

Evidences

Tout le monde sait, même si certains feignent de l’ignorer, que le M23 a été porté sur les fonts baptismaux par le Rwanda et que la communauté internationale a les moyens politiques, diplomatiques et militaires pour faire entendre raison à l’homme fort de Kigali

La communauté internationale doit se rendre à l’évidence, que le M23 fait la guerre par procuration et que si elle milite véritablement pour une paix durable en RDC, elle ne peut pas faire l’économie d’une implication franche de Kigali dans la gestion de la crise sécuritaire au Nord-Kivu. Cette même communauté internationale, pour des raisons affectives liées au génocide, a pu accorder «une période de grâce» en fermant les yeux sur les dérives de Paul Kagamé mais cette attitude de compassion et de bonhomie ne peut pas durer éternellement.

Le temps est venu pour tous les acteurs connus et cagoulés de la crise sécuritaire du Nord-Kivu, de commencer par le Rwanda et de jouer franc jeu. Certes, des extrémistes hutus ont rejoint la RDC avec armes et bagages depuis la fin du génocide et peuvent constituer, de ce fait, une source d’inquiétude pour Kigali, mais Paul Kagamé doit savoir que la situation de guerre générale et permanente —pour reprendre l’expression de Thomas Hobbes— qui caractérise le Nord-Kivu, ne porte pas seulement préjudice à la RDC, mais également à l’ensemble de la région des Grands lacs dont fait partie le Rwanda.

Finalement, qu’a bien pu faire le peuple congolais pour n’avoir jamais connu de répit afin de penser enfin à tracer les sillons de son bien-être et du vivre ensemble ?

Pousdem Pickou (Le Pays)

Le Pays

Le Pays. Le plus lu des quotidiens du Burkina Faso.

Ses derniers articles: Le cœur de l'Afrique bat déjà au rythme du Brésil  Pourquoi il est difficile de vaincre Ebola  Et si, finalement, c'est ATT qui avait raison? 

M23

AFP

République démocratique du Congo: l'ex-rébellion M23 demande un nouveau programme de démobilisation

République démocratique du Congo: l'ex-rébellion M23 demande un nouveau programme de démobilisation

AFP

RDC: plus de 350 membres de l'ex-rébellion congolaise du M23 amnistiés

RDC: plus de 350 membres de l'ex-rébellion congolaise du M23 amnistiés

AFP

RDC: la vie a repris, mais l'occupation par le M23 a laissé des traces

RDC: la vie a repris, mais l'occupation par le M23 a laissé des traces

Nord-Kivu

AFP

Noël sanglant en RDC: au moins 35 civils tués dans plusieurs attaques au Nord-Kivu

Noël sanglant en RDC: au moins 35 civils tués dans plusieurs attaques au Nord-Kivu

AFP

Noël sanglant en RDC: 22 civils massacrés au Nord-Kivu

Noël sanglant en RDC: 22 civils massacrés au Nord-Kivu

AFP

Le cacao congolais du Nord-Kivu attend la paix pour s'épanouir

Le cacao congolais du Nord-Kivu attend la paix pour s'épanouir

Est de la RDC

Hommage

La récompense de l'homme qui répare les femmes

La récompense de l'homme qui répare les femmes

conflits

Le Rwanda de nouveau accusé d'alimenter la guerre à Goma

Le Rwanda de nouveau accusé d'alimenter la guerre à Goma