mis à jour le

Femme voilée à Rabat, Maroc / Reuters
Femme voilée à Rabat, Maroc / Reuters

Méfiez-vous des pays arabes qui se présentent comme féministes

Il est de notoriété publique que des régimes autoritaires s'entourent de femmes pour renvoyer une image progressiste.

Suffit-il de promouvoir quelques femmes au sommet de l'Etat pour se voir qualifier de «progressiste»? Certais pays arabes on sont persuadés. L'histoire leur donne raison. Dans un récent article, le magazine américain Foreign Policy revient sur cette technique qui consiste à promouvoir quelques femmes pour faire oublier toutes les autres, autrement appelée «le féminisme d'Etat».

Le site américain se base sur deux exemples, l'un dans la monarchie pétrolière du Bahrein, l'autre au Maroc. Dans les deux cas, une ou plusieurs femmes puissantes participent au vernis féministe et progressiste de régimes autoritaires. Sameera Rajab, ministre de l'Information et porte-parole officielle du pouvoir bahreïni, est amenée à représenter la pétro-monarchie sur le plan international et intervient fréquemment auprès des médias occidentaux. Elle incarne la caution progressiste et féministe du Bahrein, laisse entendre Foreign Policy.

Plus loin, l'article s'arrête sur un autre exemple, celui de l'épouse du roi marocain Mohamed VI, Salma Bennani. Le magazine note qu'elle est devenue un symbole de la politique progressiste de la monarchie. Elle gère des fondations, fait des apparitions publiques, accompagne le roi lors de ses voyages en occident. Salma Bennani donne l'image d'une femme moderne, jeune et libre de ses mouvements. Une façade qui nourrit l'illusion d'un royaume libérale et enclin à promouvoir l'égalité entre les hommes et les femmes.

La fixation médiatique sur Salma Bennani participe d'un récit plus large qui suppose que le niveau de développement d'un pays peut être mesurée à l'aune des positions tenues par les femmes de haut rang. Selon Foreign Policy, un tel présupposé permet à des Etats autoritaires de mettre en avant une image construite afin de déformer la réalité sur le terrain. Ces femmes sont l'exception et non la règle.

Lu sur Foreign Policy

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Les dix pays les pires pour les enfants sont tous situés en Afrique  Des dizaines de langues locales sont en voie de disparition en Afrique  Oui, le débit internet est plus rapide au Kenya qu'aux Etats-Unis 

féminisme arabe

Femen

Amina, souffre-douleur de la justice tunisienne?

Amina, souffre-douleur de la justice tunisienne?

Femen Tunisie

Ça suffit maintenant, Amina «va bien»

Ça suffit maintenant, Amina «va bien»

Femen

La Tunisie a-t-elle vraiment besoin d'un féminisme aux seins nus?

La Tunisie a-t-elle vraiment besoin d'un féminisme aux seins nus?

Maroc

AFP

Mondial-2026: le président de la CAF appelle

Mondial-2026: le président de la CAF appelle

AFP

Mondial-2026: le Maroc encore et toujours candidat

Mondial-2026: le Maroc encore et toujours candidat

AFP

Le Maroc annonce une série de réformes après des critiques du roi

Le Maroc annonce une série de réformes après des critiques du roi

femmes

AFP

Au Maroc, la question du harcèlement des femmes refait surface

Au Maroc, la question du harcèlement des femmes refait surface

AFP

La Tunisie vote une loi contre les violences faites aux femmes

La Tunisie vote une loi contre les violences faites aux femmes

AFP

Ouganda: restrictions vestimentaires pour les femmes fonctionnaires

Ouganda: restrictions vestimentaires pour les femmes fonctionnaires