mis à jour le

North Johannesburg Panorama, by Mister-E via Flickr CC
North Johannesburg Panorama, by Mister-E via Flickr CC

Le français a la cote en Afrique du Sud

Près de 5.600 Sud-Africains apprennent le français chaque année. Les motivations sont variées: côté noir, on vise les opportunités d’affaires en Afrique francophone, tandis que côté blanc, on verse dans un français plus littéraire.

De plus en plus de Sud-Africains se mettent à la langue de Molière, pour différentes raisons. Les uns pour communiquer avec d’autres Africains francophones, notamment en République démocratique du Congo (RDC); les autres pour lire Rimbaud dans le texte, ou de manière plus prosaïque, le menu dans les restaurants, pendant leurs vacances en France. 

Lerato Goge-Pettersson, une Sud-Africaine trentenaire, a vécu deux ans à Paris, puis deux ans à Kinshasa avec son mari, un Suédo-Nigérian francophone travaillant pour un grand groupe français. Elle a pris des cours à l’Alliance française de Johannesburg voilà quelques années. Elle était curieuse de comprendre ce que son mari racontait avec ses amis francophones à Johannesburg.

«Quand j’ai commencé le français, je voulais aussi habiter en Afrique de l’Ouest. J’aimais bien les gens du Bénin, de Guinée-Bissau, du Sénégal. Je trouvais les Sénégalais sympas, grands et beaux…»

Sur les 5.600 étudiants adultes qui suivent des cours de français dans le pays, deux grands groupes se distinguent. Le premier se trouve à Johannesburg, la capitale économique, avec 1.100 inscrits sur l’année 2010, qui paient 260 euros pour 52 heures de cours par trimestre.

Pour les affaires ou pour la littérature

Des étudiants jeunes, 34 ans de moyenne d’âge, pour moitié noirs et pour moitié blancs. Leurs motivations sont d’abord et avant tout pratiques, liées aux opportunités d’affaires en Afrique francophone et notamment en RDC. Un pays accessible en bus, où les sociétés sud-africaines sont attirées notamment par le potentiel minier.

Pour satisfaire la demande, des cours sont aussi donnés en entreprise à environ 300 cadres par l’Alliance française. Un programme spécial avec le National Empowerment Fund (NEF) permet à 70 cadres noirs d’apprendre le français.

Le second groupe d’étudiants se trouve partout ailleurs en Afrique du Sud. Au Cap, à Durban ou Stellenbosch, il puise surtout dans un public anglophone et plus âgé. Des Sud-Africains d’origine britannique qui connaissent surtout le français en tant que grande langue étrangère, enseignée en Grande-Bretagne.

«Par romantisme ou parce qu’ils ont autrefois aimé le français, les Sud-Africains anglophones se disent à 45 ans qu’ils veulent lire un peu de littérature en français ou faire la conversation», explique Georges Lory, le directeur des Alliances françaises en Afrique australe.

Ancien directeur des affaires internationales de Radio France Internationale (RFI) et traducteur de grands auteurs sud-africains (Nadine Gordimer, Antjie Krog et Breyten Breytenbach), Georges Lory s’estime en «terre de mission» en Afrique du Sud. Un pays qui compte onze langues officielles et où la plupart des citoyens sont polyglottes dans leur propre société. Pas évident, dès lors, de faire la promotion du français…

La situation n’est pas comparable à celle du Ghana ou du Nigeria, des pays anglophones entourés de voisins francophones. En Afrique du Sud, les liens avec Madagascar sont marginaux et les liens économiques avec la RDC relativement récents. Mais un intérêt réel se manifeste:

«Nous avons fait venir tous les ministères sud-africains concernés par l’étranger —les Affaires étrangères, les Douanes, les Finances, le Tourisme, l’Education, raconte le directeur. Nous leur avons demandé quels étaient leurs besoins en langues et le français est arrivé en tête, suivi par le portugais, le mandarin, l’espagnol et le swahili [la langue africaine la plus parlée, ndlr]

Sipho Zulu, un Sud-Africain de 32 ans, est professeur de français depuis 2003 à l’Alliance française. Il a appris la langue lors de ses études de cuisinier, dans un Technikon (l'équivalent d’un Institut universitaire de technologie, IUT français), puis au cours d’un stage sur l'île de la Réunion. Un attaché culturel français a remarqué son intérêt pour la langue. Il a obtenu une bourse de deux ans pour étudier au Centre de linguistique appliquée (CLA) de Besançon.

Une langue difficile… pas pour tout le monde

Sipho Zulu estime que les difficultés d’apprentissage du français sont les mêmes en Afrique du Sud que pour tous les anglophones: les voyelles françaises, «u», «eu», «é» sont difficiles à prononcer. Mais il souligne des similitudes entre le français et le zoulou, sa langue maternelle:

«En anglais, on peut dire: “I love you”. Si on traduit littéralement du français, “je t’aime” donne “I you love”. Mais pour un Zoulou, c’est la même syntaxe: “Gya gu thanda”, c'est je t’aime.

Idem pour le subjonctif, assez rare en anglais, alors qu’en zoulou, ses usages sont les mêmes qu’en français. Pour un Sud-Africain qui ne parlerait pas anglais mais seulement zoulou, ce serait plus facile d’apprendre le français que l’anglais!»

Sipho est un prof apprécié par ses élèves, avec qui il partage sa passion. Mais Lerato Goge-Pettersson se souvient, à son arrivée à Paris, d’avoir eu la sensation de ne rien comprendre.

«Le français de la rue allait trop vite pour moi, je ne comprenais que le français de la télévision.»

Si la langue de Molière garde une image un peu romantique en Afrique du Sud, Lerato s’en sert surtout pour se… disputer avec son mari. 

«Je trouve ça dramatique et mignon. On se dit “Tu m’énerves”, “Arrête” ou “Je ne te parle plus”…»

Un peu comme dans les films français, pas toujours très appréciés en Afrique du Sud, en raison de leur penchant, justement, pour les scènes de ménage à répétition…

Sabine Cessou (à Johannesburg)

 

A lire aussi

Le Sénégal est-il encore un pays francophone?

Au Sénégal, le français est en perte de vitesse

Afrique du Sud, l'adoption en noir et blanc

Le grand retour des Sud-Africains blancs

Sabine Cessou

Sabine Cessou est une journaliste indépendante, grand reporter pour L'Autre Afrique (1997-98), correspondante de Libération à Johannesburg (1998-2003) puis reporter Afrique au service étranger de Libération (2010-11).

Ses derniers articles: Le drame indien réveille l'Afrique du Sud  Ce que cache la victoire de Zuma  Les pays où l'on se tue le plus 

éducation

Ethnocentrisme

L'«éducation idéale» occidentale n'est pas la seule façon d'élever ses enfants

L'«éducation idéale» occidentale n'est pas la seule façon d'élever ses enfants

Sciences

Pourquoi l'Afrique a besoin des mathématiques pour accélérer son développement

Pourquoi l'Afrique a besoin des mathématiques pour accélérer son développement

Education

Les Nigérians économisent des milliers de dollars pour s'offrir un diplôme à l'étranger

Les Nigérians économisent des milliers de dollars pour s'offrir un diplôme à l'étranger

français

AFP

Génocide rwandais: enquête sur le rôle de responsables français

Génocide rwandais: enquête sur le rôle de responsables français

AFP

Mali: décès d'un militaire français blessé vendredi

Mali: décès d'un militaire français blessé vendredi

AFP

Génocide: une commission rwandaise accuse 22 officiers supérieurs français

Génocide: une commission rwandaise accuse 22 officiers supérieurs français

France

AFP

Génocide: la peine du premier Rwandais condamné en France confirmée en appel

Génocide: la peine du premier Rwandais condamné en France confirmée en appel

AFP

RDC: la France suspend les adoptions

RDC: la France suspend les adoptions

AFP

Foot: match nul 0-0 entre la France et la Côte d'Ivoire

Foot: match nul 0-0 entre la France et la Côte d'Ivoire