mis à jour le

RDC: le gouvernement accuse le M23 de recruter au Rwanda

Le gouvernement de la République démocratique du Congo a accusé mardi la rébellion Mouvement du 23 mars, active dans l'Est, de recruter des civils au Rwanda voisin pour en faire de  la "main-d'½uvre militaire", tout en participant avec Kinshasa à des pourparlers de paix.

"Le M23 qui devait se démobiliser volontairement, selon les propos de son chef de branche politique (Bertrand Bisimwa), recrute et importe du Rwanda de la main d'½uvre militaire - au sein de laquelle se trouvent de nombreux enfants - pour attaquer les FARDC", l'armée gouvernementale, a affirmé le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, au cours d'une conférence de presse.

Interrogé par l'AFP, M. Mende a affirmé que cette "main-d'½uvre militaire" était composée d'enfants et d'adultes civils ayant suivi une "formation sommaire" avant d'être envoyés "à la boucherie".

"Le M23 qui devait déposer les armes aligne une panoplie d'armes lourdes et même des chars de combat prêts pour le combat; le M23 (...) tire sur les aéronefs des casques bleus et pointe ses canons sur la caserne de la mission onusienne, notamment à Kiwanja", a-t-il ajouté devant la presse.

Lundi, des responsables de l'ONU ont indiqué que Kinshasa et le M23 mobilisaient des forces supplémentaires autour de Goma, capitale de la province riche et instable du Nord-Kivu (Est), au moment où sont suspendus depuis dimanche les pourparlers de paix orchestrés par Kampala.

Les négociations avaient repris le 10 septembre après plusieurs mois d'arrêt, sous la pression des chefs d'État de la région des Grands Lacs. Dimanche, le dialogue a été à nouveau suspendu et les deux camps se rejettent la responsabilité du blocage.

Le M23 est actif depuis mai 2012 au Nord-Kivu. Il est né de la mutinerie d'anciens rebelles réintégrés dans l'armée à la faveur d'un accord de paix signé en 2009, et dont ils réclament la pleine application. L'ONU accuse le Rwanda et l'Ouganda de le soutenir, ce que démentent ces deux voisins de la RDC.

Lundi, le chef de la Mission de l'ONU (Monusco), Martin Kobler, a accusé le M23 de chercher à recruter des jeunes gens parmi des groupes de réfugiés rentrant en RDC. Depuis la naissance de la rébellion, sur quelque 200 combattants du M23 qui se sont réfugiés à la Monusco à Goma, beaucoup affirment avoir été recrutés en Ouganda mais "surtout" au Rwanda, a-t-il souligné.

Interrogé par l'AFP, Amani Kabasha, porte-parole du M23, avait indiqué le 10 octobre que les combattants de son mouvement avaient "grandi majoritairement dans les camps" de réfugiés congolais situés au Rwanda et en Ouganda.

gouvernement

AFP

Tunisie: le Parlement vote la confiance au nouveau gouvernement

Tunisie: le Parlement vote la confiance au nouveau gouvernement

AFP

Tunisie: dénonçant des "offensives politiques", Chahed présente son gouvernement

Tunisie: dénonçant des "offensives politiques", Chahed présente son gouvernement

AFP

Le gouvernement comorien propose l'impunité aux rebelles d'Anjouan contre leurs armes

Le gouvernement comorien propose l'impunité aux rebelles d'Anjouan contre leurs armes

M23

AFP

Retrait de Kabila en RDC: le M23 et les pro-Katumbi maintiennent la pression

Retrait de Kabila en RDC: le M23 et les pro-Katumbi maintiennent la pression

AFP

RDC: HRW accuse Kabila d'avoir recruté des ex-rebelles du M23 pour mater des manifestations

RDC: HRW accuse Kabila d'avoir recruté des ex-rebelles du M23 pour mater des manifestations

AFP

République démocratique du Congo: l'ex-rébellion M23 demande un nouveau programme de démobilisation

République démocratique du Congo: l'ex-rébellion M23 demande un nouveau programme de démobilisation

Rwanda

AFP

Francophonie: l'élection de Mushikiwabo, une victoire pour le Rwanda

Francophonie: l'élection de Mushikiwabo, une victoire pour le Rwanda

AFP

Le Rwanda regarde

Le Rwanda regarde

AFP

En tournée africaine, le président chinois signe des accords au Rwanda

En tournée africaine, le président chinois signe des accords au Rwanda