mis à jour le

On vous le dit

-Abdelmalek Boudiaf surpris par un scandale La visite inopinée effectuée, dimanche soir, par le ministre de la Santé et de la Réforme hospitalière à l'EPH d'El Affroun, a coïncidé avec un mouvement de contestation à la suite du décès, vers 19h, d'un sexagénaire dont seule une enquête approfondie déterminera les circonstances de sa survenue. La victime s'était présentée à 14h au service des urgences de la polyclinique d'El Affroun après avoir été percutée, selon des témoins, par un pneu lancé sur la chaussée. Après avoir subi tous les examens médicaux nécessaires, il a été transféré aux urgences de neurochirurgie du chu Frantz Fanon pour des examens complémentaires. Les examens n'ayant rien révélé de grave, selon le contenu du rapport médical du service de neurochirurgie, la victime devait rejoindre son domicile. Les voisins de la victime ayant constaté que le sexagénaire avait regagné son domicile, ont décidé de se présenter à la polyclinique d'El Affroun pour protester contre, selon eux, le refus de l'établissement de le prendre en charge. Admis à l'EPH d'El Affroun, il décédera vers 19h. S'ensuivit alors un mouvement de colère de la part de ses voisins dès l'arrivée du ministre de la Santé. Une enquête a été diligentée par la DSP de Blida pour faire toute la lumière sur cette affaire.                        -La veuve d'El Gueddafi réclame la dépouille de son mari       Safia Farkech, veuve du dictateur libyen déchu Mouammar El Gueddafi, a lancé un appel à l'ONU et à l'Union européenne pour l'aider à retrouver les corps de son mari et de son fils, dans une lettre lue à la radio russe The Voice of Russia. Mouammar El Gueddafi et son fils Mouatassim ont été capturés et tués par des ex-rebelles le 20 octobre 2011 à Syrte, dans le centre du pays. Leurs corps avaient été exposés au public à Misrata, à 214 km à l'est de Tripoli, avant d'être enterrés dans un endroit tenu secret.     «Je demande aux membres du Conseil de sécurité (de l'ONU) et à l'Union européenne (...) de dévoiler le lieu où se trouvent les dépouilles (d'El Gueddafi, son fils Mouatassim et de leurs compagnons) et de les remettre à leurs familles pour les enterrer à l'endroit et de la manière qu'elles souhaiteront», a indiqué Safia dans sa lettre envoyée à l'occasion du 2e anniversaire de la mort de l'ex-dictateur. «Je demande aussi à l'Union africaine d'ouvrir une enquête approfondie sur   le crime de l'assassinat (...) de Mouammar El Gueddafi et de ses compagnons»,  a-t-elle ajouté.       -Le drame des automobilstes sanctionnés à Chlef C'est un véritable calvaire que vivent les usagers  surpris par les services de sécurité sur les routes de la wilaya de Chlef, notamment l'autoroute Est-Ouest. Cela a, bien entendu, créé une situation pénalisante pour les personnes concernées, comme les commerçants, transporteurs de marchandises et autres, privés de conduite de leurs véhicules. Le cas le plus dramatique est celui des automobilistes sanctionnés par le retrait de leur permis de conduire. Qu'ils soient de Tamanrasset, d'Alger, d'Oran ou de Béchar, ils doivent venir jusqu'à Chlef pour se présenter devant la commission des retraits de permis de conduire. De plus, depuis un certain temps, ils sont confrontés à d'autres souffrances dues au retard considérable accusé dans l'envoi des procès-verbaux de retrait de permis de conduire à la commission de wilaya. «Les permis de conduire retirés par les éléments de la gendarmerie notamment, attendent souvent plus de trois semaines avant d'être envoyés à ladite commission, ce qui est contraire à la réglementation en vigueur», déplorent des conducteurs sanctionnés. Ces derniers interpellent   les autorités concernées pour alléger les étapes de traitement de ces dossiers.