mis à jour le

La France est le premier partenaire économique de l'Algérie. Ses multiples investissements de grands groupes industriels, entre autres Renault (véhicules), Lafarge (ciment) et Sanofi (médicament) témoignent de l'excellente relation commerciale entre les deux parties. Mieux encore, ces investissements ont donné lieu à la création de 30 000 emplois directs et 100 000 autres indirects», a déclaré Son Excellence André Parant, ambassadeur de France en Algérie, lors d'un point de presse organisé hier à l'Institut français d'Algérie de Annaba. Devant un parterre de représentants locaux de la presse nationale écrite et audiovisuelle, le diplomate, assisté de son consul général à Annaba, a abordé plusieurs questions liées aux relations algéro-françaises et aux moyens de les consolider davantage au profit des deux pays. «Bien qu'il y ait des choses à améliorer, la stabilité politique, sécuritaire et économique offre un climat favorable à l'investissement des Français en Algérie. Hormis les grands groupes industriels, il y a également des petites et moyennes entreprises intermédiaires qui peuvent se tailler une part du marché local en investissant en Algérie», a estimé M. Parant, reconnaissant, néanmoins, la faible présence des entreprises de bâtiment malgré l'important volume des projets dans ce secteur. Pour lui, «cela est dû à la rude concurrence qui caractérise ce secteur où les PME françaises peinent à s'imposer devant les offres des autres entreprises étrangères». Abordant l'éternelle question des visas, M. Parant a affirmé : «Depuis 5 ans, le nombre de visas délivrés aux voyageurs algériens a pratiquement doublé. Ils étaient 210 000 des deux sexes à avoir bénéficié d'un visa Schengen en 2012 et seront 250 000 fin 2013, dont 50% auront des visas de circulation d'au moins un an.» Durant sa visite, M. Parant a participé, avant-hier, à la cérémonie d'inauguration de la basilique Saint-Augustin de Annaba rénovée, à laquelle l'ambassade de France et plusieurs collectivités locales françaises ont apporté leur contribution. Aussi, il s'est entretenu, hier, avec les autorités locales et a rencontré des personnalités et des membres de la société civile (associations) ainsi que des représentants de la communauté française. Avant sa visite à l'Institut français d'Algérie de Annaba, qui, selon lui, joue un rôle-clé en faveur du rayonnement de la culture française et de l'enseignement du français dans la région, il a été reçu à la Chambre de commerce et d'industrie (CCI Seybouse) en présence de représentants de diverses Chambres de commerce du Nord-Est algérien.  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

stabilité

AFP

Lesotho: législatives pour rétablir la stabilité

Lesotho: législatives pour rétablir la stabilité

AFP

La Guinée-Bissau vote pour retrouver la stabilité politique

La Guinée-Bissau vote pour retrouver la stabilité politique

AFP

Afrique du Sud: après les élections, la stabilité économique

Afrique du Sud: après les élections, la stabilité économique

offre

AFP

Kenya: les médecins rejettent une offre du gouvernement et reconduisent la grève

Kenya: les médecins rejettent une offre du gouvernement et reconduisent la grève

AFP

RD Congo: Kabila offre des 4x4 haut de gamme aux vainqueurs du CHAN

RD Congo: Kabila offre des 4x4 haut de gamme aux vainqueurs du CHAN

AFP

Burundi: Nkurunziza offre l'amnistie

Burundi: Nkurunziza offre l'amnistie

climat

Développement durable

Surprise, les mosquées marocaines s'engagent contre le changement climatique

Surprise, les mosquées marocaines s'engagent contre le changement climatique

AFP

Trump élu: les défenseurs du climat sonnés mais déterminés

Trump élu: les défenseurs du climat sonnés mais déterminés

AFP

Présidentielle aux Comores: climat tendu pour le deuxième tour

Présidentielle aux Comores: climat tendu pour le deuxième tour