mis à jour le

Khemis miliana (Aïn Defla) : les travailleurs de l’hôpital en colère

Des travailleurs de l'Etablissement public hospitalier de Khemis Miliana, tous corps confondus, médecins, chefs de service, paramédicaux, administrateurs, etc., ont organisé dimanche dernier un sit-in de deux heures dans la cour de l'établissement. Dans un communiqué, dont une copie nous a été transmise, ces derniers ont dénoncé les retards dans le versement de leur paie et la non-perception de la prime de rendement destinée au personnel administratif et paramédical. Les protestataires pointent du doigt le receveur de l'hôpital de Khemis Miliana, principal responsable, selon eux, de cette situation devenue récurrente, peut-on encore lire dans ce document signé par les syndicats du Snapap et de l'UGTA. Signalons par ailleurs que le mouvement de protestation a vu également la présence de représentants de la société civile et d'associations de diabétiques et d'hémodyalisé(e)s. Cette présence se voulait être un signe de solidarité avec la directrice de l'hôpital et du personnel, suite à une campagne de dénigrement dont ils ont été l'objet depuis plusieurs mois, nous a-t-on expliqué. La campagne en question via les colonnes d'un journal arabophone est, selon le communiqué, orchestrée par un ancien fournisseur de l'hôpital qui a soumissionné pour un appel d'offres relatif à l'acquisition de mobilier au profit de l'hôpital,  mais éliminé pour  non-respect  d'une clause  régissant le code des marchés publics, selon des documents mis à notre disposition. Lors d' un point de presse organisé le même jour à l'EPH, les travailleurs  présents, entourés de la directrice et du DSP, ont déclaré que rien ni personne ne saurait briser leur union et leur soutien à la direction actuelle de l'hôpital. Ils comptent, ont-ils poursuivi, répondre à leurs détracteurs au sein et à l'extérieur de l'hôpital, en redoublant d'efforts pour démentir toutes les mauvaises rumeurs qui circulent sur l'hôpital, et ce, dans le seul intérêt du malade. De son côté, le DSP a rappelé que la commission nationale, qui a récemment effectué une visite d'inspection dans les structures de santé de la wilaya, n'a relevé aucun dysfonctionnement majeur. Le même responsable s'engagera néanmoins à prendre des mesures en vue de renforcer la sécurité à l'intérieur de cette structure implantée aux abords de la RN4 en faisant appel à une société de gardiennage, a-t-il indiqué. L'autre mesure consiste à affecter une gynécologue dans les prochains jours. Des initiatives accueillies favorablement, sachant que le service de maternité est souvent débordé en raison d'un déficit en encadrement spécialisé. D'aucuns espèrent cependant que les agissements néfastes de personnes étrangères ou non à l'hôpital cesseront au plus vite pour permettre au personnel en place de travailler en toute sérénité dans le seul intérêt du malade, ont encore souligné les protestataires, qui ont saisi l'occasion pour demander l'intervention du wali.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

travailleurs

AFP

Le Maroc pressé d'améliorer le sort de ses travailleurs domestiques

Le Maroc pressé d'améliorer le sort de ses travailleurs domestiques

AFP

Ethiopie: rapatriement massif de travailleurs illégaux en Arabie Saoudite

Ethiopie: rapatriement massif de travailleurs illégaux en Arabie Saoudite

inégalités

La couleur pourpre du raisin sud-africain

La couleur pourpre du raisin sud-africain

colère

AFP

Côte d'Ivoire: le gouvernement veut enrayer la colère des soldats

Côte d'Ivoire: le gouvernement veut enrayer la colère des soldats

AFP

La destruction des bidonvilles de Lagos nourrit la colère

La destruction des bidonvilles de Lagos nourrit la colère

AFP

Au Liberia, le géant américain Firestone éveille colère et rancoeur

Au Liberia, le géant américain Firestone éveille colère et rancoeur