mis à jour le

Soudan: le président Béchir attendu mardi

Le président soudanais Omar el-Béchir doit se rendre mardi à Juba pour s'entretenir avec son homologue sud-soudanais Salva Kiir, a annoncé samedi l'agence officielle Suna après l'exacerbation des tensions sur la région disputée d'Abyei.

Ce sommet est le deuxième en moins de deux mois. Le précédent s'était tenu le 3 septembre à Khartoum.

M. Béchir répond à une invitation de M. Kiir et "sera accompagné de plusieurs ministres et hauts responsables pour discuter de questions importantes et qui inquiètent les deux pays", a précisé Suna.

En septembre, M. Béchir avait accepté de ne pas interrompre le transit du pétrole sud-soudanais, mettant fin à trois mois d'incertitude, et s'était engagé à appliquer tous les accords, plusieurs fois reportés, entre les deux pays.

Khartoum et Juba s'accusent mutuellement de soutenir des rebelles de part et d'autre de la frontière, ce que chacun dément.

Des heurts frontaliers l'an passé avaient fait craindre une reprise du conflit entre le Soudan et le Soudan du Sud, devenu indépendant il y a deux ans à l'issue d'un référendum organisé dans le cadre d'un traité de paix ayant mis fin à plus de deux décennies de guerre civile dévastatrice.

En dépit d'une amélioration des liens entre les deux pays, la tension reste vive sur la question d'Abyei, une petite région aux terres fertiles revendiquée par les deux pays.

Cet l'intérêt est surtout symbolique et affectif: une bonne partie des actuels dirigeants du Sud comme du Nord en sont originaires.

Un référendum d'autodétermination aurait dû se tenir à Abyei en 2011. Mais il n'a toujours pas eu lieu, faute d'accord sur les listes électorales.

La population sédentaire d'Abyei est essentiellement sud-soudanaise, issue de l'ethnie Dinka Ngok, une branche des Dinka dont fait partie M. Kiir. Mais de nombreux semi-nomades arabophones du Nord, les Misseriya, viennent y faire paître leurs bêtes.

"La situation sécuritaire et le statu quo à Abyei sont de plus en plus intenables", estimait en septembre le patron de l'ONU, Ban Ki-moon.

L'Union africaine avait proposé que le référendum d'autodétermination se tienne en octobre. Mais l'échéance ne sera pas tenue.

Le risque est aujourd'hui de voir les Dinka Ngok ou les Misseriya déclarer allégeance, unilatéralement, soit à Juba soit à Khartoum, provoquant un nouveau conflit Nord-Sud.

AFP

Ses derniers articles: Esclavage en Libye: les migrants "moins bien traités que des animaux"  Crise au Zimbabwe: les présidents sud-africain et angolais  En Centrafrique, l'ombre toujours tutélaire du Tchad 

président

AFP

Tunisie: deux personnes arrêtées après une rumeur sur le décès du président

Tunisie: deux personnes arrêtées après une rumeur sur le décès du président

AFP

Zimbabwe: le président Mugabe détenu par l'armée, déployée dans la capitale

Zimbabwe: le président Mugabe détenu par l'armée, déployée dans la capitale

AFP

Zambie: le président met en garde ceux qui lui dénient un nouveau mandat

Zambie: le président met en garde ceux qui lui dénient un nouveau mandat

Juba

AFP

De Juba

De Juba

AFP

Soudan du Sud: l'ex-chef de l'armée de retour

Soudan du Sud: l'ex-chef de l'armée de retour

AFP

Soudan du Sud: Washington menace Juba d'un embargo sur les armes

Soudan du Sud: Washington menace Juba d'un embargo sur les armes