mis à jour le

Mali : Alerte rouge du patron des Casques bleus

A la guerre, s'il est une chose qu'il ne faut pas accorder à l'ennemi, c'est bien le répit. Le moindre relâchement est une occasion pour l'adversaire de reconstituer ses forces opérationnelles, de mieux se réorganiser puis de lancer la contre-attaque au moment où l'on s'y attend le moins. Et s'il est une situation face à laquelle même les armées les plus redoutables deviennent vulnérable, c'est bien l'effet de surprise.

L'Observateur Paalga

Ses derniers articles: Algérie: c'est Bouteflika lui-même qui organise la détestabilisation  Et maintenant les émeutes du courant  Sommet Afrique-Etats-Unis: les moutons noirs de Washington 

Mali

AFP

Une frappe française a tué 19 civils au Mali en janvier, selon une enquête de l'ONU

Une frappe française a tué 19 civils au Mali en janvier, selon une enquête de l'ONU

AFP

Lueur d'espoir

Lueur d'espoir

AFP

Sommet de N'Djamena: il faut "imposer la paix" au Mali (président Niger)

Sommet de N'Djamena: il faut "imposer la paix" au Mali (président Niger)

bleus

AFP

Mali: quatre Casques bleus tchadiens tués dans une attaque jihadiste

Mali: quatre Casques bleus tchadiens tués dans une attaque jihadiste

AFP

Côte d'Ivoire: hommage aux quatre Casques bleus tués au Mali

Côte d'Ivoire: hommage aux quatre Casques bleus tués au Mali

AFP

Etat d'urgence en Centrafrique, où l'émissaire de l'ONU veut une hausse "substantielle" des Casques bleus

Etat d'urgence en Centrafrique, où l'émissaire de l'ONU veut une hausse "substantielle" des Casques bleus