mis à jour le

Mali : Alerte rouge du patron des Casques bleus

A la guerre, s'il est une chose qu'il ne faut pas accorder à l'ennemi, c'est bien le répit. Le moindre relâchement est une occasion pour l'adversaire de reconstituer ses forces opérationnelles, de mieux se réorganiser puis de lancer la contre-attaque au moment où l'on s'y attend le moins. Et s'il est une situation face à laquelle même les armées les plus redoutables deviennent vulnérable, c'est bien l'effet de surprise.

L'Observateur Paalga

Ses derniers articles: Algérie: c'est Bouteflika lui-même qui organise la détestabilisation  Et maintenant les émeutes du courant  Sommet Afrique-Etats-Unis: les moutons noirs de Washington 

Mali

AFP

Mort de civils au Mali et frappe française: que sait-on ?

Mort de civils au Mali et frappe française: que sait-on ?

AFP

Hommage ému

Hommage ému

AFP

La force française Barkhane de nouveau frappée au Mali

La force française Barkhane de nouveau frappée au Mali

bleus

AFP

Centrafrique: les Casques bleus reprennent le contrôle d'une ville occupée par les rebelles

Centrafrique: les Casques bleus reprennent le contrôle d'une ville occupée par les rebelles

AFP

Centrafrique: les Casques bleus reprennent aux rebelles le contrôle de Bangassou

Centrafrique: les Casques bleus reprennent aux rebelles le contrôle de Bangassou

AFP

Centrafrique: des Casques bleus déployés, l'ONU appelle au calme

Centrafrique: des Casques bleus déployés, l'ONU appelle au calme