mis à jour le

CPI: la Cour n'a "jamais pourchassé aucun pays africain" estime son président

La Cour pénale internationale (CPI) n'a "jamais pourchassé aucun pays africain", a déclaré jeudi à l'AFP à Bucarest son président, le juge coréen Sang-Hyun Song, qualifiant de "regrettables" les virulentes critiques de certains leaders africains.

Il s'agit de la réaction la plus marquée de la Cour après que le président kényan Uhuru Kenyatta et le Premier ministre éthiopien et président en exercice de l'Union africaine Hailemariam Desalegn ont accusé la Cour la semaine dernière de pratiquer "une chasse raciale".

L'UA a demandé l'ajournement des procédures de la CPI pour crimes contre l'humanité contre les deux têtes de l'exécutif kényan, M. Kenyatta et le vice-président William Ruto. 

"La CPI ne doit pas être blâmée pour quelque chose qu'elle n'a pas fait. Nous n'avons jamais pourchassé aucun pays africain", a déclaré M. Song interrogé par l'AFP lors d'une conférence sur la CPI organisée par le ministère des Affaires étrangères roumain.

Les pays d'Afrique qui font l'objet d'enquêtes de la CPI "nous ont déféré les situations" qui ont conduit à l'ouverture d'enquêtes, a souligné M. Song.

"La CPI enquête dans huit pays (Kenya, Côte d'Ivoire, Libye, Soudan, République démocratique du Congo, Centrafrique, Ouganda, Mali, ndlr) tous africains c'est vrai, mais dans cinq cas ce sont les gouvernements eux-mêmes qui nous ont déféré ces situations et dans deux cas, le Soudan et la Libye, c'est le Conseil de sécurité qui nous a sollicités", a-t-il ajouté.

"Il n'y a que dans le cas du Kenya que le procureur a lancé sa propre enquête", a expliqué le président de la Cour.

"Il n'y avait pas d'autres options" alors que le Parlement kényan avait rejeté par deux fois l'idée de créer un tribunal local chargé de rendre justice pour les violences post-électorales qui firent au moins 1.100 morts en 2007-2008, selon M. Song.

"Ces enquêtes ont été lancées avec la bénédiction du gouvernement, de la population et de la communauté internationale", a-t-il insisté.

M. Song a aussi évoqué des critiques contre la décision récente de la Cour de laisser la Libye juger l'ancien espion en chef du dictateur déchu Mouammar Kadhafi, Abdallah al-Senoussi, une première historique. 

"Il est inévitable que l'action de la CPI suscite des réactions fortes, des louanges mais aussi des critiques. Les juges ne prendront pas en compte les facteurs politiques", s'en tenant au droit, a-t-il dit.

Egalement invitée lors de la conférence de Bucarest, la présidente de l'Assemblée des Etats parties au statut de Rome ayant créé la CPI, Tiina Intelmann, a reconnu que la situation avec l'Afrique "nous préoccupe tous".

AFP

Ses derniers articles: CAN-2017: l'Egypte arrache la victoire et se rapproche des quarts  CAN-2017: le Ghana roule  Gambie: départ en exil de Yahya Jammeh après plus de 22 ans 

pays

AFP

Gambie: départ en exil de Yahya Jammeh après plus de 22 ans

Gambie: départ en exil de Yahya Jammeh après plus de 22 ans

AFP

Gambie: plus de 45.000 personnes ont fui le pays

Gambie: plus de 45.000 personnes ont fui le pays

AFP

Crise en Gambie: des milliers de personnes fuient le pays

Crise en Gambie: des milliers de personnes fuient le pays

président

AFP

Gambie: intervention militaire pour installer le nouveau président

Gambie: intervention militaire pour installer le nouveau président

AFP

A Dakar, joie et espoir de Gambiens en exil président

A Dakar, joie et espoir de Gambiens en exil président

AFP

Gambie: le président Yahya Jammeh décrète l'état d'urgence

Gambie: le président Yahya Jammeh décrète l'état d'urgence