mis à jour le

Match Burkina Faso-Algérie, le 12 octobre 2013. FAROUK BATICHE / AFP
Match Burkina Faso-Algérie, le 12 octobre 2013. FAROUK BATICHE / AFP

Les Africains peuvent aussi être racistes entre eux

Le match tendu entre le Burkina Faso et l'Algérie, pour le Mondial du Brésil, s'est traduit par un déchaînement de propos racistes sur les réseaux sociaux.

«Singe», «nègre»,«mangeurs de bananes». C'est ainsi que les supporters de l'équipe algérienne ont qualifié sur Twitter les joueurs burkinabè, après la victoire de la sélection du Burkina face à l'Algérie (3-2). Le match comptait pour les qualifications à la phase finale du Mondial de football de 2014 au Brésil.

Hormis le différend entre la chaîne officielle algérienne et al-Jazeera, le match Burkina Faso- Algérie a aussi été marqué par des réactions virulentes de la part des supporters algériens, rapporte l'hebdomadaire Jeune Afrique

«Certains supporteurs algériens se sont distingués par leurs messages racistes et violents à l'encontre de l'arbitre ou des Burkinabè. Janny Sikazwe s'est par exemple vu accusé d'avoir obtenu son diplôme "dans un mafé" ou gagné "un sac de riz" pour laisser le Burkina s'imposer», illustre le site de l'hebdomadaire.

Le racisme anti-noirs est une réalité bien connue dans les pays du Maghreb. Les Subsahariens qui vivent en Algérie, en Tunisie ou au Maroc témoignent régulièrement de leur quotidien difficile. Un récent webdocumentaire intitulé «Algérie, un transit vers nulle part», réalisé par Médecins du Monde et diffusé sur TV5 Monde nous plonge dans le quotidien précaire de ces réfugiés. A leur arrivée dans la capitale algérienne, les migrants les plus précaires se retrouvent dans le quartier de Bouchbouk. Ils squattent des buildings laissés à l’abandon, la façade en brique éventrée.

Au Maroc, le 14 août dernier, un jeune Sénégalais a été assassiné pour une place de bus. Un nom a résonné pendant plusieurs semaines: Ismaïla Faye. Son histoire est la dernière d'une longue liste d'actes racistes contre les Africains qui résident au Maroc. Dans une tribune intitulée «Je ne suis pas raciste, je suis pire» et publiée sur le site collaboratif Quandisha, une Marocaine avait crié sa colère et sa honte de porter la  nationalité d'un pays qui traite aussi mal «ses frères».

Lu surJeune Afrique

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

racisme

AFP

France: un homme condamné pour racisme

France: un homme condamné pour racisme

AFP

Brésil: le candidat d'extrême droite Bolsonaro inculpé pour racisme

Brésil: le candidat d'extrême droite Bolsonaro inculpé pour racisme

AFP

Afrique du Sud: violents incidents sur fond de racisme dans le nord-ouest

Afrique du Sud: violents incidents sur fond de racisme dans le nord-ouest

Maghreb

AFP

Projet "commun" du Maghreb de faire inscrire le couscous au patrimoine de l'humanité (Alger)

Projet "commun" du Maghreb de faire inscrire le couscous au patrimoine de l'humanité (Alger)

AFP

La Tunisie annonce avoir tué un cadre d'Al-Qaïda au Maghreb islamique

La Tunisie annonce avoir tué un cadre d'Al-Qaïda au Maghreb islamique

AFP

Édouard Philippe poursuit

Édouard Philippe poursuit

Algérie

AFP

Rajoy en visite en Algérie

Rajoy en visite en Algérie

AFP

Des footballeurs binationaux en mal de carrière rebondissent en Algérie

Des footballeurs binationaux en mal de carrière rebondissent en Algérie

AFP

Immigration: le ministre français de l'Intérieur en Algérie mercredi, puis au Niger

Immigration: le ministre français de l'Intérieur en Algérie mercredi, puis au Niger