mis à jour le

Nigeria: des centaines de morts dans les geôles de l'armée

Des centaines de personnes sont mortes en détention dans les geôles de l'armée depuis le lancement d'une vaste opération militaire contre les insurgés islamistes de Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, a dénoncé lundi Amnesty International.

Des prisonniers ont été asphyxiés, affamés et assassinés sans jugement, selon un rapport de l'organisation de défense des droits de l'Homme, qui appelle à une enquête immédiate.

Un officier supérieur de l'armée nigériane a indiqué à Amnesty qu'environ 950 personnes soupçonnées d'avoir des liens avec le groupe islamiste radical Boko Haram étaient mortes en prison au cours du premier semestre 2013.

L'armée nigériane a toujours rejeté les accusations d'atteintes aux droits de l'Homme.

Boko Haram veut instaurer un Etat islamiste dans le nord du pays. Ses actions violentes et leur répression par les forces de sécurité nigérianes ont fait des milliers de morts depuis quatre ans.

AFP

Ses derniers articles: Le village natal de Mugabe en deuil de l'enfant du pays  Le monde compte plus de 40 millions d'esclaves  Niger: trois militants innocentés après une manifestation violente 

morts

AFP

Au moins 184 morts dans l'attaque d'une mosquée au Sinaï égyptien

Au moins 184 morts dans l'attaque d'une mosquée au Sinaï égyptien

AFP

Nigeria: au moins 30 morts dans des violences intercommunautaires

Nigeria: au moins 30 morts dans des violences intercommunautaires

AFP

Nord-est du Nigeria: au moins 50 morts dans un attentat-suicide

Nord-est du Nigeria: au moins 50 morts dans un attentat-suicide

l'armée

AFP

Au Zimbabwe, l'armée a fait fuir Mugabe... et les policiers corrompus

Au Zimbabwe, l'armée a fait fuir Mugabe... et les policiers corrompus

AFP

Zimbabwe: l'armée empêche les manifestants d'arriver au palais présidentiel

Zimbabwe: l'armée empêche les manifestants d'arriver au palais présidentiel

AFP

Génocide au Rwanda: les rescapés de Bisesero redoutent un non-lieu pour l'armée française

Génocide au Rwanda: les rescapés de Bisesero redoutent un non-lieu pour l'armée française