mis à jour le

Le Rwanda "approché" pour accueillir le prisonnier Charles Taylor

Le Rwanda a annoncé mardi avoir été approché par le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL), afin de permettre à l'ex-président libérien Charles Taylor de purger sa peine dans le pays des Grands Lacs au lieu du Royaume-Uni.

"Des responsables du Tribunal spécial pour la Sierra Leone ont déjà contacté des responsables rwandais pour leur demander quel serait le processus pour demander officiellement au Rwanda d'accueillir le prisonnier" Charles Taylor, a affirmé le ministère rwandais de la Justice dans un communiqué.

"Taylor (...) a demandé à purger sa peine au Rwanda au lieu du Royaume-Uni, où, dit-il, il craint d'être attaqué par des co-détenus et qu'il revienne trop cher à sa famille de lui rendre visite", poursuit le ministère.

Le gouvernement rwandais est prêt à "délibérer" de la question, une fois qu'une "requête officielle" lui aura été transmise, selon le communiqué.

Charles Taylor, âgé de 65 ans, a été condamné en avril 2012 à 50 ans de prison pour crimes contre l'humanité commis lors de la guerre civile en Sierra Leone (1991-2002).

Il a été reconnu coupable d'avoir aidé et encouragé une campagne de terreur visant à obtenir le contrôle de la Sierra Leone en fournissant armes, munitions et autre aides logistiques au Front révolutionnaire uni (RUF) en échange de diamants. La guerre en Sierra Leone a fait 120.000 morts et des milliers de civils mutilés.

Le TSSL a décidé de l'envoyer purger sa peine au Royaume-Uni dans la foulée de la confirmation de sa peine en appel en septembre dernier. La défense de Taylor a immédiatement dénoncé cette décision, estimant que le détenu serait "encore plus isolé de sa famille, de ses amis et de ses structures de soutien que s'il avait purgé sa peine de prison au Rwanda".

Huit anciens rebelles du RUF condamnés par le TSSL purgent déjà leur peine au Rwanda, dans la prison de Mpanga, initialement conçue pour accueillir les condamnés du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) qui juge les responsables présumé du génocide de 1994.

 

AFP

Ses derniers articles: Cyclone au Mozambique: un mort et de nombreux dégâts, selon un premier bilan  L'accord de paix en Centrafrique "n'accorde pas l'amnistie" selon la Présidence  Dans la chasse 

Rwanda

AFP

Le Rwanda se souvient de l'indicible, 25 ans après le génocide

Le Rwanda se souvient de l'indicible, 25 ans après le génocide

AFP

Le Rwanda commémore le génocide de 1994

Le Rwanda commémore le génocide de 1994

AFP

Rôle de la France au Rwanda entre 1990 et 1994: des chercheurs chargés de faire parler les archives

Rôle de la France au Rwanda entre 1990 et 1994: des chercheurs chargés de faire parler les archives

prisonnier

AFP

Guinée équatoriale: un premier prisonnier politique libéré depuis l'amnistie

Guinée équatoriale: un premier prisonnier politique libéré depuis l'amnistie

AFP

Angolagate: l'homme d'affaires franco-israélien Arcadi Gaydamak s'est constitué prisonnier

Angolagate: l'homme d'affaires franco-israélien Arcadi Gaydamak s'est constitué prisonnier

AFP

Maroc: décès d'un prisonnier en grève de la faim

Maroc: décès d'un prisonnier en grève de la faim