mis à jour le

Supporters algériens lors du match Burkina Faso-Algérie, le 12 octobre 2013. AFP PHOTO / FAROUK BATICHE
Supporters algériens lors du match Burkina Faso-Algérie, le 12 octobre 2013. AFP PHOTO / FAROUK BATICHE

La télé algérienne court-circuite al-Jazeera

La télévision officielle algérienne diffuse illégalement un match dont les droits de retransmission appartenaient à la chaîne qatarie al-Jazeera.

La télévision nationale algérienne vole du contenu et ne s'en cache pas. Le 12 octobre dernier, la chaîne officielle ENTV a diffusé le match Burkina Faso-Algérie, sans acheter les droits de retransmission. En représailles, la chaîne qatarie al-Jazeera, qui détenait les droits de retransmission, a promis des poursuites judiciaires contre la chaîne algérienne.

Le plus surprenant dans cette affaire, c'est la facilité avec laquelle la direction de l'ENTV a justifié son acte:

«La décision que nous avons prise est légitime, a expliqué Tewfik Khelladi, directeur général de la télévision algérienne. Le détenteur des droits [Al-Jazira] a refusé de se soumettre à une obligation universelle en la matière, à savoir la cession à un prix commercialement juste des droits de diffusion terrestre.»

Pas si surprenant, note le quotidien el-Watan: il rappelle que cette pratique est presque devenue banale dans une chaîne dont le fonctionnement relève du mystère pour beaucoup d'Algériens. Comme le souligne le quotidien, la chaîne officielle est à l'image d'un pouvoir régi par le secret d'Etat, qu'il s'agissent du budget, des contrats publicitaires ou de la masse salariale...

Le journaliste d'El watan va plus loin en déclarant l'avis de décès d'une chaîne qui se veut la porte-parole du régime, tout en niant les débats qui animent et déchirent la société algérienne:

«L’ENTV est pratiquement un média mort, puisqu’il n’a presque plus d’influence sur l’opinion nationale. Une opinion mieux informée par les chaînes étrangères de ce qui passe en Algérie et dans le monde.»

Pour Isabelle Mandraud, correspondante du quotidien Le Monde en Algérie, le piratage de la chaîne officielle s'explique aussi par une série de différents entre la monarchie pétrolière et l'Algérie. Récemment, al-Jazira aurait réclamé l'ouverture d'un bureau à Alger, refusée jusqu'ici avec constance par Alger.

«La "télé-révolution" décrit par le professeur Naoufel Brahimi El Mili, n'est pas la bienvenue dans un pays qui a dépensé sans compter pour acheter la paix sociale et se préserver des soulèvements arabes», poursuit la correspondante du Monde.

Lu sur El Watan, Le Monde

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Le nouveau roi du Rwanda vit dans une petite maison en banlieue de Manchester  Une sécheresse menace des milliers d'éléphants au Zimbabwe, mais l'Etat l'ignore  Dieudonné candidat à la présidence camerounaise, est-ce vraiment sérieux? 

football

Football

Une Coupe du monde à 48 équipes? Une bonne nouvelle pour l'Afrique

Une Coupe du monde à 48 équipes? Une bonne nouvelle pour l'Afrique

CAN 2017

Le football africain a un sérieux problème avec l'argent

Le football africain a un sérieux problème avec l'argent

Football

Au Togo, une hausse du prix de la bière pour financer la participation à la CAN 2017

Au Togo, une hausse du prix de la bière pour financer la participation à la CAN 2017

Algérie

AFP

CAN-2017: Gabon, Côte d'Ivoire, Ghana et Algérie têtes de série

CAN-2017: Gabon, Côte d'Ivoire, Ghana et Algérie têtes de série

AFP

Crash d'Air Algérie au Mali: les pilotes n'ont pas activé le système antigivre

Crash d'Air Algérie au Mali: les pilotes n'ont pas activé le système antigivre

AFP

Crash d'Air Algérie au Mali: le BEA présentera son rapport final vendredi

Crash d'Air Algérie au Mali: le BEA présentera son rapport final vendredi

ENTV

Médias

Télés algériennes, libres mais pas trop

Télés algériennes, libres mais pas trop

Sitcoms

Le ramadan, une mine d'or pour la télévision algérienne

Le ramadan, une mine d'or pour la télévision algérienne

Algérie

L'Internet sauvera le journalisme

L'Internet sauvera le journalisme