mis à jour le

Burkina Faso-Algérie : Hafid Derradji craint des sanctions sévères contre l’ENTV

Le commentateur sportif vedette d'Al Jazeera Sport, l'algérien Hafid Derradji, qui a exercé pendant longtemps à l'ENTV, a tenu, dimanche soir lors de son intervention sur la chaîne de télévision «Echourouk TV», à apporter quelques clarifications en ce qui concerne l'affaire du piratage par l' «Unique» du match Burkina Faso - Algérie, lequel s'est joué à Ouagadougou, pour le compte des barrages du Mondial 2014.

De prime abord, même s'il affirme qu'il n'est pas porte-parole de la chaîne Qatarie, et par conséquent il ne dispose pas de tous les éléments en sa possession, il indique néanmoins qu'Al Jazeera aurait réclamé à l'ENTV la somme de 400 000 dollars pour la retransmission de cette rencontre. Il dément ainsi l'information rapportée par Tewfik Kheladi, le DG de l'ENTV, qui a révélé que la télévision qatarie a exigé une somme de 1,5 millions euros pour autoriser l'ENTV à diffuser ce match de football.  Hafid Derradji a aussi dit ne pas comprendre pourquoi l'ENTV passe par des intermédiaires au lieu de négocier directement avec Al Jazeera sport. Il a tenu à rappeler pour l'occasion que Sport Five, l'entreprise qui gère les droits et l'image de la Confédération africaine de football (CAF) a voulu, dans un premier temps, vendre les droits de ces matchs barrages directement pour les différents pays africains. Mais aucun média de ces pays, y compris la télévision nationale algérienne, n'a manifesté son intérêt. C'est ainsi qu'Al Jazeera Sport s'est retrouvée toute seule sur le marché.

Selon lui, la télévision qatarie a acheté les droits auprès de Sport Five concernant ces matchs barrages pour 6 millions de dollars. Il est inconcevable, donc, qu'elle les revende à 100 000 dollars, a-t-il expliqué. En d'autres termes, c'est les lois du marché qui s'imposent. De plus, ajoute-t-il, il y a des instances, a niveau de la CAF, qui se charge de  revoir les prix proposés s'ils sont très élevés. Mais, il faudrait d'abord entamer les discussions très tôt pour pouvoir user de tous ces moyens de pression, a-t-il relevé en pointant du doigt la mauvaise gestion de l'ENTV qui n'a pas fait preuve d'anticipation pour résoudre ce problème.

Hafid Derradji, le commentateur préféré des Algériens indique, dans ce sillage, que beaucoup de pays ont entamé d'ores et déjà les négociations autour de la retransmission des matchs des CAN 2015 et Coupe du Monde 2014 même s'ils ne sont pas certains que leurs sélections se qualifieront à ces compétitions. Enfin, Hafid Derradji n'a pas omis de confier ses craintes de voir la télévision épinglée par des sanctions sévères qui risquent de la priver pendant longtemps de diffuser des matchs internationaux.

The post Burkina Faso-Algérie : Hafid Derradji craint des sanctions sévères contre l’ENTV appeared first on Algérie Focus.

Algérie Focus

Ses derniers articles: En Algérie, le remaniement accouche d'un gouvernement sans hommes politiques  Un coup d’Etat en Algérie: la folle prédiction israélienne qui amuse les Algériens  Une enquête inédite révèle l'immense patrimoine immobilier parisien de dirigeants algériens 

Burkina

AFP

Attaques: le Burkina interdit la circulation de nuit

Attaques: le Burkina interdit la circulation de nuit

AFP

Religieuse colombienne enlevée: recherches au Mali et au Burkina

Religieuse colombienne enlevée: recherches au Mali et au Burkina

AFP

CAN: Burkina Faso et Egypte se neutralisent 1-1 et vont en prolongation en demi-finales

CAN: Burkina Faso et Egypte se neutralisent 1-1 et vont en prolongation en demi-finales

sanctions

AFP

Soudan: les Etats-Unis vont lever quelques sanctions économiques

Soudan: les Etats-Unis vont lever quelques sanctions économiques

AFP

RDC: sanctions de l'UE contre 7 hauts responsables du régime Kabila

RDC: sanctions de l'UE contre 7 hauts responsables du régime Kabila

AFP

Casques bleus soupçonnés d'abus sexuels en Centrafrique: le Gabon et le Burundi promettent des sanctions

Casques bleus soupçonnés d'abus sexuels en Centrafrique: le Gabon et le Burundi promettent des sanctions