mis à jour le

Pétrole : l'Angola en passe de devenir le premier producteur africain

L'Angola va probablement devenir le premier producteur du pétrole brut africain en 2014. Alors que sa production continue d'augmenter, celle du Nigeria est descendue à 1,9 millions de barils par jour contre 2,2 millions l'année précédente. En cause, les vols estimé par les autorités nigérianes à environ 6 milliards de dollars de manque à gagner par an. Des vols qui, soit dit en passant, endommagent l'environnement en provoquant des incendies et des explosions. Le géant Shell a même annoncé récemment la fermeture, pour la deuxième fois en l'espace d'un mois, de l'un de ses principaux oléoducs après y avoir détecté une fuite.

Pendant ce temps, l'Angola connaît des perspectives florissantes. L'Assemblée nationale angolaise a adopté une loi qui autorise le président de la République à légiférer sur l'octroi de l'exploration des blocs pétroliers on shore des bassins du Kwanza et du Bas-Congo (Soyo, Angola).
Le projet de loi a été adopté par 124 voix contre huit du groupe parlementaire Convergence de large salut pour l'Angola - Coalition électorale (CASA-CE) qui estime que la question devrait nécessiter de plus de temps pour être examinée, 29 abstentions de l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (UNITA), le Parti du renouveau social (PRS) et le Front national de Libération de l'Angola (FNLA).

Avant ce vote, le ministre des hydrocarbures d'Angola, Botelho de Vasconcelos a rappelé que le conseil des ministres a requis l'élaboration de stratégies pour la répartition et la concession des 10 blocs on shore du bassin du Bas-Congo(Soyo, Angola) et des 23 du bassin du Kwanza, afin de prévenir les conflits sociaux et des dégâts sur l'environnement : « Cette stratégie du gouvernement vise à augmenter la production de pétrole avec l'objectif premier et fondamental de promouvoir la participation des entrepreneurs nationaux dans le secteur pétrolier sans affecter l'attractivité des blocs ». « Autre objectif visé, selon le ministre : attirer les investissements nationaux et internationaux et des apports nouveaux vers l'industrie pétrolière en Angola, afin d'augmenter les recettes de l'État, promouvoir la création des emplois et la formation des cadres nationaux. » Avec l'adjudication de dix blocs, dont quatre dans le bassin de Kwanza, Sonangol a l'intention de prendre une participation de 50% dans le groupe de l'entrepreneur, pour, en cas de succès à l'issue de la phase de la recherche, permettre le transfert, à travers un appel d'offres public, d'un pourcentage de sa participation à des entreprises angolaises présélectionnées.

Lors de leurs interventions, les députés, principalement ceux de l'opposition, ont évoqué des questions sur les études de l'impact sur l'environnement, sur l'opportunité économique et sociale, sur la transparence dans les concours publics, sur la forte dépendance de l'économie angolaise au pétrole et la nécessité de diversifier l'économie.|Jossart Muanza (AEM)

AFRIQUECHOS.CH

Ses derniers articles: Angola : le général Bento Kangamba accusé de trafic sexuel au Brésil  Congo : 27ème édition de la journée nationale de l'arbre  Sondage : des cinq pays africains qualifiés au Mondial 2014, qui peut créer la surprise ? 

pétrole

AFP

Tunisie: accord pour mettre fin

Tunisie: accord pour mettre fin

AFP

Gabon: Shell se retire du pétrole et du gaz onshore

Gabon: Shell se retire du pétrole et du gaz onshore

AFP

Anti-corruption au Gabon: l'ex-ministre du Pétrole en prison

Anti-corruption au Gabon: l'ex-ministre du Pétrole en prison

Africain

AFP

Télévision: le public africain "en attente de grandes séries africaines"

Télévision: le public africain "en attente de grandes séries africaines"

Géopolitique

Un Africain pour la première fois à la tête de l'OMS

Un Africain pour la première fois à la tête de l'OMS

AFP

Meilleur joueur africain de Ligue 1: Seri et Boudebouz parmi les finalistes

Meilleur joueur africain de Ligue 1: Seri et Boudebouz parmi les finalistes