mis à jour le

Trois

Quatre personnes, jugées en France pour avoir séquestré et torturé une jeune femme qu'ils pensaient possédée par le diable, ont été condamnées vendredi à des peines allant de trois à six ans de prison. Ces condamnations prononcées par la cour d'assises de l'Essonne, une   banlieue sud de Paris, sont en dessous des réquisitions de l'avocate générale, qui avait réclamé entre huit et douze ans de prison. En mai 2011, persuadés qu'elle faisait une «manifestation diabolique», les accusés, originaires des Antilles, qui se réclament d'un mouvement protestant évangélique, avaient ligoté à un matelas Antoinette, une jeune Camerounaise de 19 ans, en la privant de nourriture pendant une semaine. Leur objectif était de  la «libérer du démon».      Lorsqu'elle fut découverte par les policiers, elle se trouvait dans un état de faiblesse et de maigreur extrêmes, mais son pronostic vital n'était pas engagé. La cour a retenu la séquestration mais pas le chef d'accusation d'actes de   torture ou de barbarie.   

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

prison

AFP

Affaire Sankara: le général burkinabè Diendéré obtient une liberté provisoire mais reste en prison

Affaire Sankara: le général burkinabè Diendéré obtient une liberté provisoire mais reste en prison

AFP

Maroc: entre deux ans de prison et perpétuité dans le procès de Gdeim Izik

Maroc: entre deux ans de prison et perpétuité dans le procès de Gdeim Izik

AFP

Maroc: peines allant de 2 ans de prison

Maroc: peines allant de 2 ans de prison