mis à jour le

Nâama : la brigade de gendarmerie saccagée

Quelque 200 manifestants ont pris à partie, vendredi soir, la brigade de gendarmerie de la commune d'El Biodh (wilaya de Nâama). La brigade a été partiellement saccagée par des jets de pierres et autres d'objets, causant d'importants dégâts. Plusieurs manifestants ont été blessés ainsi que deux gendarmes. Selon les gendarmes, un homme s'est présenté, vendredi, à la brigade de gendarmerie pour se plaindre et réclamer leur intervention pour une affaire qui, lui a-t-on expliqué, n'est pas de leur ressort ni de leur compétence. N'ayant pas obtenu une réponse satisfaisante, le plaignant, hors de lui, est revenu un peu plus tard à bord de son véhicule pour défoncer le portail d'entrée de la brigade. L'homme a fini par lancer son véhicule sur le chef de brigade qui se trouvait dans la cour avant de prendre la fuite. Ce chef de brigade a été gravement atteint, ses blessures ont nécessité son évacuation vers l'hôpital de Mecheria avant son transfert vers l'hôpital militaire d'Oran. L'homme a été arrêté. Une rumeur faisant état que l'individu arrêté «aurait été maltraité et torturé» a mis le feu aux poudres. Plus de 200 personnes se sont regroupées devant la brigade de gendarmerie pour réclamer la libération de la personne arrêtée. La situation a vite dégénéré en émeute. Cette manifestation s'est poursuivie durant plusieurs heures. Il a fallu l'intervention des forces de sécurité et des autorités locales pour calmer les esprits. Plusieurs manifestants ont été interpellés et arrêtés.  

gendarmerie

AFP

Burkina : attaque d'une gendarmerie dans le nord, un gendarme blessé

Burkina : attaque d'une gendarmerie dans le nord, un gendarme blessé

AFP

Attaque d’une gendarmerie dans le Nord du Burkina Faso

Attaque d’une gendarmerie dans le Nord du Burkina Faso

AFP

Tuerie en Casamance: la gendarmerie arrête 22 personnes

Tuerie en Casamance: la gendarmerie arrête 22 personnes