mis à jour le

Tunisie et Egypte: Zawahiri juge durement les islamistes

Le chef d'Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri a estimé que les islamistes qui ont accédé au pouvoir par les urnes en Egypte et en Tunisie étaient en partie responsables de leurs récents revers politiques, les accusant d'avoir été trop conciliants.

Dans un enregistrement audio de 16 minutes, diffusé vendredi sur des forums jihadistes, Zawahiri parle principalement de son pays natal, l'Egypte, où les autorités soutenues par l'armée mènent selon lui une guerre contre l'islam sur l'ordre des Etats-Unis et d'Israël.

Le 3 juillet, l'armée égyptienne a renversé et arrêté le président Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans. 

Le 14 août, pour mettre fin à des semaines de sit-in de ses partisans qui réclamaient son retour au pouvoir, l'armée avait donné l'assaut à deux places du Caire, tuant des centaines de personnes.

Plus de 2.000 islamistes ont été arrêtés dans la foulée, dont la quasi-totalité des dirigeants des Frères musulmans.

Cette confrérie est en désaccord avec Al-Qaïda, un réseau qui rejette toute participation au processus démocratique.

Pour Zawahiri, le conflit entre les partisans de M. Morsi et les forces de sécurité est "un conflit contre l'islam, contre la charia," la loi islamique, selon une traduction faite par SITE, un groupe de surveillance des sites islamistes basé aux Etats-Unis.

Le numéro un d'Al-Qaïda a appelé les musulmans égyptiens à s'unir et "débarrasser l'Egypte de cette bande criminelle qui s'est emparée du pouvoir par le feu et le fer et qui a tiré profit des concessions de certaines factions en les faisant baver devant le mirage d'une réconciliation", dans une référence apparente aux Frères musulmans.

Pour Zawahiri, la même "tragédie" a eu lieu en Tunisie, où le parti islamiste Ennahda a promis la semaine dernière de démissionner sous la pression de l'opposition, après une longue crise due notamment à l'assassinat de deux personnalités de gauche.

Zawahiri a pris la tête d'Al-Qaïda après la mort d'Oussama ben Laden dans un raid américain au Pakistan en mai 2011. Il se cacherait soit au Pakistan soit en Afghanistan.

 

AFP

Ses derniers articles: La Guinée équatoriale ferme son ambassade au Royaume-Uni après des sanctions contre le fils du président  Tunisie: affrontements devant le Parlement après sa suspension  Ethiopie: le vent nouveau du nationalisme en région Amhara 

Tunisie

AFP

Virus: un afflux de dons sauve la Tunisie d'une "catastrophe" sanitaire

Virus: un afflux de dons sauve la Tunisie d'une "catastrophe" sanitaire

AFP

La Tunisie reçoit de la France des centaines de milliers de vaccins

La Tunisie reçoit de la France des centaines de milliers de vaccins

AFP

Virus: avec des indicateurs dans le rouge, la Tunisie a besoin d'aide, selon l'OMS

Virus: avec des indicateurs dans le rouge, la Tunisie a besoin d'aide, selon l'OMS

juge

AFP

Au coeur d'une crise diplomatique, le chef du Polisario entendu par un juge espagnol

Au coeur d'une crise diplomatique, le chef du Polisario entendu par un juge espagnol

AFP

Côte d'Ivoire : Guillaume Soro jugé par contumace pour "complot"

Côte d'Ivoire : Guillaume Soro jugé par contumace pour "complot"

AFP

Côte d'Ivoire : Guillaume Soro jugé par contumace pour "complot"

Côte d'Ivoire : Guillaume Soro jugé par contumace pour "complot"

islamistes

AFP

Les islamistes radicaux somaliens shebab appellent

Les islamistes radicaux somaliens shebab appellent

AFP

Dans le nord-est du Kenya, le désespoir gagne face aux islamistes shebab

Dans le nord-est du Kenya, le désespoir gagne face aux islamistes shebab

AFP

Mozambique: l'armée progresse vers le repaire des rebelles islamistes

Mozambique: l'armée progresse vers le repaire des rebelles islamistes