mis à jour le

RDC: le M23 tire sur un hélicoptère de l'ONU

Les rebelles congolais du Mouvement du 23 mars (M23) ont tiré vendredi après-midi sur un hélicoptère militaire de l'ONU qui survolait l'espace sous son contrôle dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a-t-on appris de sources concordantes.

"Un hélicoptère de la Monusco [Mission des Nations unies pour la stabilisation de la RDC, NDLR] a essuyé des tirs des forces négatives du M23 au-dessus de Rumangabo" mais n'a pas été abattu, a appris l'AFP auprès d'une source officielle congolaise.

Située dans la province riche et instable du Nord-Kivu, la localité de Rumangabo abrite une importante base militaire occupée par les rebelles. Elle est située à une quarantaine de kilomètres au nord de Goma, la capitale provinciale.

Le M23 a reconnu qu'il y avait eu un "incident majeur".

"Cet hélicoptère est passé à basse altitude dans le camp de Rumangabo vers 16h00 (14h00 GMT) (...) alors que d'habitude il passe à une dizaine de kilomètres de là à vol d'oiseau", a expliqué à l'AFP le lieutenant-colonel Vianney Kazarama, porte-parole militaire de la rébellion.

"Quand j'ai interrogé les militaires (du M23), ils ont dit qu'ils pensaient que c'étaient des commandos des FARDC (armée gouvernementale) et de la Monusco qui voulaient lancer le combat, alors, ils ont tiré avec des mitrailleuses", a-t-il ajouté.

Il a précisé qu'il ne savait pas si l'appareil avait été endommagé.

Interrogée par la l'AFP, une source de la Monusco a confirmé les tirs sur l'hélicoptère. "Il y a eu cette prise à partie" mais elle s'est déroulée "à environ 400 mètres de la base de Rumangabo", a-t-elle affirmé, soulignant qu'il n'y avait pas eu de blessé. L'appareil était en "mission de reconnaissance" et "ne volait pas à plus basse altitude que d'habitude" quand il a essuyé plusieurs dizaines de coups de feu, a ajouté cette source.

Pour le lieutenant-colonel Kazarama, "il y a eu erreur des deux côtés", tant de celui de la Monusco que du M23.  "Selon mon analyse du terrain, je crois que le pilote a perdu sa ligne" et est arrivé sur le camp de Rumangabo, a-t-il dit.

L'armée congolaise combat le M23 depuis mai 2012 au Nord-Kivu. L'ONU accuse régulièrement le Rwanda et l'Ouganda de le soutenir, ce que ces deux voisins de la RDC démentent. 

Le M23 est né de la mutinerie d'anciens rebelles qui avaient été réintégrés dans l'armée.

AFP

Ses derniers articles: RDC: l'ONU s'attend  L'Ougandais Ongwen, l'enfant-soldat devenu chef sanguinaire  CPI: Dominic Ongwen, ex-chef de la LRA, plaide non coupable 

M23

AFP

République démocratique du Congo: l'ex-rébellion M23 demande un nouveau programme de démobilisation

République démocratique du Congo: l'ex-rébellion M23 demande un nouveau programme de démobilisation

AFP

RDC: plus de 350 membres de l'ex-rébellion congolaise du M23 amnistiés

RDC: plus de 350 membres de l'ex-rébellion congolaise du M23 amnistiés

AFP

RDC: la vie a repris, mais l'occupation par le M23 a laissé des traces

RDC: la vie a repris, mais l'occupation par le M23 a laissé des traces

l'ONU

AFP

RDC: l'ONU s'attend

RDC: l'ONU s'attend

AFP

Soudan du Sud: un "nettoyage ethnique en cours", selon l'ONU

Soudan du Sud: un "nettoyage ethnique en cours", selon l'ONU

AFP

RDC: l'ONU craint de "nouvelles violences" ethniques

RDC: l'ONU craint de "nouvelles violences" ethniques